« Carmen » : Grand classique pour grand succès


«Aparté.com» s’est rendu au théâtre du Capitole pour assister à son premier opéra. Pour débuter, Carmen semble être une excellente introduction tant il est certain que chacun connaisse au moins une mélodie de cette œuvre grandiose écrite par Georges Bizet. Retour sur une découverte dans ce magnifique théâtre toulousain.

Avec l’entracte, la pièce Carmen dure trois heures – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Tuer son héroïne ? Inconcevable à l’opéra jusqu’en 1872. Cette transgression viendra de Georges Bizet qui assassinera —lors de la scène finale— Carmen, une jeune bohémienne libre et indécise. Les spectateurs et les critiques n’ont pas manqué de crier leur indignation tout comme leur incompréhension du crime passionnel commis par Don José, un homme désemparé par un amour à sens unique. Trois mois après avoir posé le point d’orgue de son chef-d’œuvre, Bizet mourut et ne connut donc jamais le succès de Carmen, opéra le plus joué et toujours autant admiré à travers les âges.

La mise en scène de Jean-Louis Grinda, quelque peu modernisée pourrait tout d’abord surprendre. Les craintes s’envolent avec la légèreté des premières scènes lorsque les comédiens dansent au rythme de la musique de l’Orchestre national du Capitole dirigé par Alfonso Caiani. Les différentes familles d’instruments comme les cuivres et les bois sonnent parfaitement grâce à l’acoustique du théâtre à l’italienne.

En jouant avec deux énormes décors en fer forgé, le spectateur est, comme les personnages, compressé dans un espace qui se réduira encore jusqu’à encercler Carmen lors du final à la fois violent et brutal. Certains y verront une arène, d’autre un étau, d’autre encore une symbolique différente. Quant aux costumes, le soin apporté pour chaque comédien même secondaire nous permet une immersion d’autant plus forte.

 

Une puissance vocale hors-norme !

Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Carmen est interprétée par Clémentine Margaine, une mezzo-soprano. La narbonnaise connaît bien ce rôle pour l’avoir interprété à de nombreuses reprises, à Dallas, Rome, Munich, Berlin, Naples, Paris ou bien encore au Metropolitan de New York en 2017. Dotée d’une voix puissante qui offre un éventail d’émotions pour les novices que nous sommes, sa performance vocale campe une Carmen fidèle à l’idée que pouvait se faire Bizet.
Pour l’anecdote, nous avons repéré que ses mains, posées sur le visage de Don José lors d’un duo, recouvraient les oreilles du comédien, probablement pour éviter de lui endommager les tympans. C’est dire la puissance de ses cordes vocales (on n’aimerait pas se faire engueuler par Carmen !).

Carmen ne serait pas Carmen sans le casting adéquat. Don José (Charles Castronovo),  Micaëla (Anaïs Constans), Moralès (Anas Seguin) et Escamillo (Dimitry Ivashchenko) étaient exæquo à l’applaudimètre final. Preuve, s’il en fallait une, que le casting est bon.

Si vous n’avez jamais assisté à un opéra et que trois heures dans un théâtre ne vous font pas peur, foncez sans hésiter découvrir cette œuvre du 6ème art sans crainte.
Œuvre chantée mais surtitrée en français, Carmen a l’avantage d’être presque entrée dans la culture populaire. Vous serez peut-être surpris de reconnaitre des airs familiers que vous ne soupçonniez pas qu’ils appartiennent à cet opéra.

 

Carmen au théâtre du Capitole : le 17 et le 19 avril 2018, 20h. Quelques places peuvent être mises en vente avant chaque représentation (rendez-vous à partir de 19H devant le théâtre)

The post « Carmen » : Grand classique pour grand succès appeared first on Aparté.

« Carmen » : Grand classique pour grand succès

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles