Ethics Village : nouvel incubateur de startup


Les invitations Boudu, c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

En l’espace d’une semaine, tu as pu nous voir jouer au basket, manger des pâtisseries, sauter de 4 mètres de hauteur à 10 heures du matin sur des matelas géants et assister à un ballet. Ici, changement d’ambiance : conférence de presse du tout nouveau biotope pour jeunes entreprises, Ethics Village, en présence du maire de Blagnac, Monsieur Keller. Même pas peur ! Toujours présents, rassurez-vous. toujours la banane, toujours debout.

Quinze personnes sont dans la salle de conférence : des journalistes, un maire et des professionnels. Douze sont en costards ou tailleurs, le micro ne grésille pas, les carnets de note sont remplis, le powerpoint sur le diapo ne bugge pas : le genre d’endroit où tu n’arrives pas en retard. Je suis arrivé en retard. Le quart d’heure toulousain. Ou plutôt DEUX quarts d’heure toulousain. (Si tes deux parents naissent à Toulouse, le quota est doublé, voilà.) C’est dans ces conditions que j’ai découvert l’Ethics Village, un biotope qui, je dois l’avouer, m’a bluffé.

Un biotope : mais kézaco ?

Du calme Rodrigo. Non, ce n’est pas une taupe biologique reconvertie dans l’entreprenariat. Selon le Larousse, un biotope est un « milieu défini par des caractéristiques physicochimiques stables et abritant une communauté d’êtres vivants ».  Bon, tout réside dans le « stable », auquel cas ça pourrait être un asile psychiatrique. Ou le QG d’un parti politique. Ou alors Sophie et Sunny. Des êtres peu stables, mais bien vivants !

Et dans ce lieu, des gens stables et vivants travailleront pour faire marcher et évoluer leur entreprise ! Dans le jargon, on appellerait ça « pérenniser » l’entreprise. Vois comme je suis cultivé. Ethics apportera à ces entreprises toutes leurs compétences : conseil, gestion, juridique, marketing et communication, stratégie, digitale, bref, à peu près tout ce qu’il faut réunir pour réussir dans le bizness.

Et l’Ethics Village s’adresse aussi à ceux qui souhaitent se développer à l’international, en étant situé à deux pas de l’aéroport Toulouse – Blagnac.

 

Mais alors, si j’ai une idée incroyable, je peux intégrer Ethics Village ?

On ne doute pas de ton imagination, mais l’Ethics Village s’adresse surtout aux entreprises déjà créées* depuis un an voire, même 10 ans. Il peut même déjà y avoir des employés. En gros, ce n’est pas une pépinière (pour les bébés projets encore dans le ventre de maman), ni un incubateur (pour les adolescents prépubères de l’entreprise qui veulent s’émanciper), c’est l’étape d’après : pour ceux qui passent à l’âge adulte de l’entreprenariat. Et cette étape intermédiaire, bah ça n’existait pas avant eux.

Mais à quoi bon de toute façon, toutes les startup s’écroulent ! Je voudrais m’exprimer un peu sur le sujet et je nommerai ainsi cette partie : fin des illusions, place à la réalité.

La magie du modèle startup que l’on nous a vendu, qui nous a attiré et inspiré, se basait sur une rupture avec l’entreprise classique. Trop normative, elle ne laissait pas la place aux initiatives, aux jeunes et moins jeunes qui voulaient conquérir, innover et révolutionner. S’habiller en costard ou en tailleur ? C’est la règle, alors on s’y plie ! La singularité et la fantaisie, gardez-la pour chez vous. Et tout ça, la startup l’a fait sauter en éclat.

Quand on entend startup, on pense à cool, jeunes, baby foot, brainstorming, team, coworking, levée de fond. Que des mots qui font rêver et auxquels on ne peut qu’adhérer lorsqu’on a connu l’enfer des entreprises patriarcales. Mais comme tout modèle, il a ses limites.

La fougue et l’ambition de révolutionner ont donné lieu a des levées de fonds démesurées, une croissance rapide, trop rapide, qui a fait exploser au vol de nombreux projets et portes-monnaies. Puis on finit sur la plateforme Medium pour raconter son expérience, puisqu’il ne reste que ça.

Et c’est pour ces raisons, que l’Ethics Village m’a plu. Car il n’est pas démesuré, il est humble, réaliste. Ce lieu n’a rien de fantaisiste, mais permet à tout type d’entreprise de s’y intégrer. On dirait un peu les bureaux d’entreprises des séries américaines. Quand je suis arrivé, j’avais même envie de travailler ! (crois-moi, stp). Ethics se doit aussi d’être éthique. Étant une entreprise de conseil à la base, ils ont bâti leur succès sur un management « humain » et souple, on appelle ça une « Good Company ».
Et c’est aussi pour ces raisons que je te le recommande.

Si tu es intéressé-e : ils lancent un appel à candidature.

Pour info : l’espace de travail est totalement modulable, et innovant aussi.
On ne parle pas en bureaux ou mètre carré, on s’adapte à la demande et aux besoins des entreprises. Il y a un loyer à payer (apparemment pas plus cher qu’ailleurs), et mettent à disposition des ateliers, imprimantes 3D et tout type de services que tu pourras retrouver sur leur site internet.

*NB : un projet en cours de création peut aussi être pris en compte. 

Pour les rejoindre ou les contacter

L’article Ethics Village : nouvel incubateur de startup est apparu en premier sur Boudu-toulouse.

Ethics Village : nouvel incubateur de startup


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Powered by WordPress. Designed by WooThemes