A Calanhel, près de Callac, la mairie et le domicile du maire tagués

Sur le pignon de la mairie, les tags s'en prennent aux élus, « tous pourris ».

Sur le pignon de la mairie, les tags s’en prennent aux élus, « tous pourris ».

« Élus tous pourris », « Collabo, la REM corruption » : très tôt dimanche matin 10 février, alerté par le livreur de journaux, Cyril Jobic, maire de Calanhel, a découvert avec effroi des inscriptions diffamantes taguées sur la façade de son domicile et sur la mairie.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(« atf_pave-haut »); });

Rédigés à la peinture blanche, ces graffitis, qui reprennent des revendications des Gilets jaunes («  RIC, ISF »), visent directement le maire, sympathisant de La République en Marche, un parti auquel il n’est cependant pas adhérent.

Lire aussi : Le domicile de Richard Ferrand en Bretagne visé par une tentative d’incendie

Mercredi dernier, avec une vingtaine d’autres jeunes maires venus de tout l’Hexagone, Cyril Jobic avait été invité, à Paris, par Sébastien Lecornu, ministre en charge de la cohésion des territoires, chargé du bon déroulement du Grand Débat national :

J’imagine que ces actes de vandalisme sont liés à cette invitation », suppose le maire, « mais je ne peux accepter les mots qui ont été tagués, et le fait que mon domicile ait été directement attaqué. Le terme de collabo a tout de même un sens au regard de l’histoire… Quelle sera la prochaine étape ? »

Le lendemain de la rencontre avec le ministre, Cyril Jobic avait accordé une interview téléphonique à Bretagne 5, au cours de laquelle il expliquait avoir remonté les doléances des Gilets jaunes du secteur.

Lire aussi : Les idées fusent lors du premier grand débat à Callac

Il y avait également évoqué les craintes que lui suscitaient le référendum d’initiative citoyenne (RIC), « notamment sur des thèmes comme l’abolition de la peine de mort ou le droit à l’avortement, qui pourrait être remis en cause… »

Dès dimanche, Cyril Jobic a déposé deux plaintes auprès de la gendarmerie, une à titre personnel pour les tags sur son domicile, et l’autre en tant que maire pour ceux inscrits sur la mairie.

Sur la façade du domicile de Cyril Jobic, les graffitis visent directement le maire et ses sympathies pour le parti présidentiel.

Sur la façade du domicile de Cyril Jobic, les graffitis visent directement le maire et ses sympathies pour le parti présidentiel. (©L’Echo de l’Argoat)

A Calanhel, près de Callac, la mairie et le domicile du maire tagués

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles