A Cherbourg, la renaissance du jardin Favier se poursuit

Le parc de la Roche Fauconnière, aussi appelé jardin Favier, abrite plus 4 500 espèces de plantes du monde entier.

Le parc de la Roche Fauconnière, aussi appelé jardin Favier, abrite plus 4 500 espèces de plantes du monde entier. (©Jean-Paul BARBIER)

Le but est de faire de ce jardin (connu à travers le monde !) un atout d’attractivité territoriale de premier plan.

LIRE AUSSI [VIDEO] Cherbourg mise sur ses jardins botaniques pour attirer les touristes

Jeudi 7 mars 2019, 70 agents de Cherbourg-en-Cotentin ont planté 250 arbres pour enrichir encore davantage ce parc qui est déjà considéré comme le premier jardin de France pour les arbres et arbustes selon le botaniste de référence Franklin Picard, qui était présent pour l’entrée dans cette nouvelle grande phase.

Régine Bésuelle, maire adjointe aux espaces verts, parcs et jardins de Cherbourg-en-Cotentin, l’assure :

C’est un travail collectif et de passionnés avec l’envie de faire renaître ce parc, de lui faire retrouver toute sa splendeur.

Voyage à travers le monde

La renaissance est réalisée en partenariat entre la commune nouvelle, l’association La Cité des Plantes, le Conservatoire du littoral (N.D.L.R. : propriétaire du terrain depuis une convention signée avec la ville en 2011), les experts botanistes fédérés notamment par Franklin Picard et en accord avec la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles).



















Symboliquement, le maire Benoît Arrivé et son prédécesseur Bernard Cazeneuve, président d’honneur de la Cité des Plantes, dédiée à toute la ville et pas seulement à la Roche Fauconnière, planteront eux aussi des arbres le vendredi 15 mars, en prélude à l’assemblée générale de l’association.

Visites guidées les dimanche

En mai, le parc recevra une délégation de cinq botanistes et l’association des parcs botaniques de France. Grâce aux dix-neuf guides bénévoles, le parc devrait être ouvert aux visites guidées tous les dimanches jusqu’en septembre.

Construire un projet pour les bâtiments

L’ensemble des partenaires espère également rénover le manoir, la maison du gardien et la ferme (dans la partie basse du parc qui, elle, n’est classée aux Monuments historiques). La création d’une fondation adossée à la Fondation du patrimoine est envisagée pour financer le projet.

A Cherbourg, la renaissance du jardin Favier se poursuit


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles