Antisémitisme : Emmanuel Macron annonce une nouvelle définition intégrant l’antisionisme

Le président Emmanuel Macron prononce un discours devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le 20 février 2019 à Paris. (©POOL/AFP/LUDOVIC MARIN)

Le président Emmanuel Macron a dénoncé mercredi 21 février « une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale » en France et en Europe, y assimilant l’antisionisme et annonçant des mesures pour tracer de nouvelles « lignes rouges » après une série d’incidents dans le pays.

« Depuis plusieurs années, et la situation s’est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays – comme d’ailleurs l’ensemble de l’Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales – est confrontée à une résurgence de l’antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale », a déclaré le chef de l’Etat devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à Paris.

« À nouveau, depuis plusieurs années, l’antisémitisme tue en France », a-t-il poursuivi, alors que la France a connu en 2018 une flambée de 74% des actes antisémites.

Lire aussi : Antisémitisme : quelles sont les mesures prévues par Emmanuel Macron et l’exécutif ?

« Il faut que la peur change de camp »

Le chef de l’Etat a estimé que le temps des « actes » était venu, réitérant la promesse qu’il avait faite mardi en se rendant à Quatzenheim, dans l’est de la France, où une centaine de tombes du cimetière juif ont été recouvertes de croix gammées.

Le président a notamment annoncé le dépôt prochain d’une proposition de loi pour contrer la prolifération des propos racistes et antisémites sur le net en « renforçant la pression sur les opérateurs ».

Vidéo. Emmanuel Macron au Crif : L’antisionisme intégré à la définition de l’antisémitisme :

Répondant au vœu des instances juives et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il a annoncé que la France allait « mettre en oeuvre » – sans toutefois l’intégrer au Code pénal – une définition de l’antisémitisme élargie à l’antisionisme, qui est « une des formes modernes de l’antisémitisme ».

Lire aussi : Injures envers Alain Finkielkraut : un homme placé en garde à vue à Mulhouse

Lignes rouges franchies

Il a demandé la dissolution d’« associations ou groupements » racistes ou antisémites , dont « pour commencer » trois organisations d’extrême droite.

« Parce que la période met en cause ce que nous sommes, la France doit tracer de nouvelles lignes rouges », a-t-il déclaré.

« L’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs, c’est le problème de la République », a-t-il ajouté, demandant au ministre de l’Education de se pencher sur le problème à l’école publique, et sur celui d’établissements touchés par la déscolarisation d’enfants de confession juive.

Les tombes profanées d'un cimetière juif, le 20 février 2019 à Quatzenheim, dans le Bas-Rhin.

Les tombes profanées d’un cimetière juif, le 20 février 2019 à Quatzenheim, dans le Bas-Rhin. (©AFP/Frederick FLORIN)

M. Macron s’exprimait après une série d’incidents antisémites en France ces derniers jours.

L’intellectuel et membre de l’Académie française Alain Finkielkraut a été violemment pris à partie samedi en marge d’un défilé des « gilets jaunes » par des manifestants, dont l’un a notamment utilisé le mot « sioniste ». Cela a suscité un débat en France sur le sens à donner à ce mot dans ce contexte.

Mardi, 96 tombes avaient été découvertes profanées avec des croix gammées dans le cimetière juif de Quatzenheim.

Lire aussi : Antisémitisme : un cimetière juif profané en Alsace, Emmanuel Macron promet « des lois »

« Un travail très long »

Quelques jours plus tôt, des portraits de Simone Veil, rescapée d’Auschwitz et figure récemment décédée de la vie politique française, avaient été barrés d’une croix gammée. Et un arbre planté à la mémoire d’Ilan Halimi, un jeune juif torturé à mort en 2006, avait été retrouvé scié.

La France a recensé 541 actes antisémites en 2018, un chiffre en hausse de 74% sur un an, mais qui reste inférieur aux pics de 2014 (851) et de 2004 (974). Et en 2018, l’Agence juive estimait à 45 000 – un dixième de la communauté – le nombre des juifs de France ayant fait leur « aliyah », l’émigration vers Israël, en une décennie.

Le président Emmanuel Macron et le président du Crif, Francis Kalifat (g), le 20 février 2019 à Paris.

Le président Emmanuel Macron et le président du Crif, Francis Kalifat (g), le 20 février 2019 à Paris. (©POOL/AFP/LUDOVIC MARIN)

Dans son discours, le président du Crif, Francis Kalifat, avait lancé un appel aux musulmans et aux imams à lutter contre l’antisémitisme et à « en finir avec la justification religieuse de la haine des juifs ».

Ce dîner annuel intervenait au lendemain d’une mobilisation contre l’antisémitisme à l’appel de responsables politiques, religieux et associatifs, qui a réuni des milliers de personnes dans plusieurs villes du pays et notamment à Paris, Marseille ou Strasbourg, sans pour autant prendre le caractère massif espéré par certains.

« La masse n’était pas là, la foule n’était pas là », a ainsi regretté à l’antenne de la chaîne CNews l’avocat Serge Klarsfeld, connu pour sa traque d’anciens nazis.

L’antisémitisme, ça ne se guérit pas facilement, c’est un travail très long.

Des fleurs et des bougies près d'une photo d'Ilan Halimi, le 13 février 2019 à Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l'Essonne.

Des fleurs et des bougies près d’une photo d’Ilan Halimi, le 13 février 2019 à Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l’Essonne. (©AFP/Archives/Bertrand GUAY)

Source : © 2019 AFP

Antisémitisme : Emmanuel Macron annonce une nouvelle définition intégrant l’antisionisme


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles