Consommation. Contre le gaspillage alimentaire tout le monde peut agir à sa manière

Que faites-vous pour limiter le gaspillage alimentaire ? (photo d'archives © Publihebdos)

Que faites-vous pour limiter le gaspillage alimentaire ? (photo d’archives © Publihebdos)

Certain d’entre vous jettent systématiquement les produits alimentaires une fois la date de péremption dépassée. D’autres, en revanche, n’hésitent pas à consommer des produits dont la date est passée depuis plusieurs jours. Une manière de faire des économies et de faire un bon geste pour la planète.

Nous avons demandé à nos lecteurs s’ils consommaient les produits dont les dates sont passées. Globalement la peur de la date passée ne se fait pas trop sentir. Selon une étude de l’association anti-gaspillage alimentaire WRAP, en ajoutant un jour supplémentaire sur la durée de vie des produits, le gaspillage alimentaire serait réduit de 0,3 % soit une réduction de 20 % du gaspillage alimentaire dû aux dates de péremption (Le Parisien).

Faire confiance à ses sens

A La Fresnaie-Fayel, chez Rodolphe, les déchets alimentaires n’en sont pas.

Car ils vont aux poules qui nous donnent des œufs, le fumier du poulailler va au potager qui nous donne des légumes ».

Steven, lui, analyse la situation,

un bon nombre de produits ont des dates de préférences et donc complètement mangeables bien après date ! Les industriels agroalimentaires choisissent leurs dates limites de consommation (DLC), en fonction du bon roulement pour produire une quantité juste. Si la date était plus longue, les gens jetteraient moins et par conséquent les industriels vendraient moins ».

Chez Steven, « on garde certaines choses fraîches jusqu’à 15 jours de DLC en plus. Nous préférons congeler des viandes quelques jours plutôt que de les jeter ». Pour ce qui est « des conserves, briques de soupes ou autres, aucune inquiétude sur la DLC ».

Chez Alex, on vérifie l’aspect et l’odeur, « même si la date est dépassée, je consomme quand même. Si c’est périmé, je fais attention à l’aspect ou à l’odeur mais si rien n’est douteux, je prends. Le yaourt ne va pas se périmer dans la nuit de péremption ».

Chez Jeanny, rien n’est jeté.

soit on consomme ou on congèle rapidement. C’est trop cher et aussi par respect de ceux qui manquent de nourriture ».

Rien ne se perd

Céline, qui a travaillé en grande surface, explique que « les dates sur les produits sont purement de l’invitation au gaspillage. Tout est largement consommable. Cette soi-disant date n’est que du chiffre de vente et de la rentabilité ». Tout à une date maintenant même les conserves, le fromage « c’est juste une date limite d’utilisation optimum. C’est abusé ». Aux Bottereaux,

les poules, cochons, canards ou même les chats s’occupent de ce qui n’est plus consommable ».

Certains font les courses à la semaine et achètent la viande et les légumes chez un commerçant où ils se rendent tous les 2/3 jours. D’autres font les courses au plus juste en comptant combien il faut de repas, évitant ainsi de trop acheter.

Martine ne jette jamais de pain, avec le pain dur « je fais des croûtons ».

Certains restaurants limitent déjà le gaspillage alimentaire en proposant des doggybags pour les personnes qui souhaitent emmener les restes de leur repas.

Les vieux vêtements qui encombrent nos armoires, nous les jetons. Chaque Français se débarrasse de 18 vêtements par an, quatre fois plus qu’il y a vingt ans ! En France, sur 600 000 tonnes de textiles mises sur le marché par an, un tiers seulement sera réutilisé ou recyclé. Tout le reste finit aux ordures ménagères pour être enfoui ou incinéré. C’est le moins visible des gaspillages, et pourtant l’un des plus massifs : celui de nos vêtements (Capital, M6).

Allez-vous opter pour un changement de comportement et faire un geste pour la planète ?

Décodé l’étiquetage
A consommer jusqu’au… cette mention est présente sur les emballages des denrées très périssables telles les œufs, la viande, le poisson, les produits laitiers, etc. Cela signifie qu’au-delà de la date indiquée le produit ne peut plus être consommé car il pourrait provoquer une intoxication alimentaire.
A consommer de préférence avant le… cela s’applique pour les denrées moyennement et peu périssables comme les sodas, les produits d’épicerie sèche (farine, thé, sel, pâtes, gâteaux…). Au-delà de la date limite, le produit ne présente a priori pas de danger pour la santé. Il est encore consommable mais certaines qualités (saveur, odeur…) peuvent être altérées.

Consommation. Contre le gaspillage alimentaire tout le monde peut agir à sa manière

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles