Des centaines de gilets jaunes au sud d'Alençon


Les gilets jaunes ont allumé plusieurs feux de palettes en raison du froid

Les gilets jaunes ont allumé plusieurs feux de palettes en raison du froid (©L’Orne-Hebdo)

200 personnes à 8 h 30, environ 350 vers 10 h et de plus en plus au fil de la journée… Le mouvement des gilets jaunes bat son plein au sud d’Alençon, samedi 17 novembre. Au rond-point de la zone du Petit-Coudray, dans la zone commerciale, des barrages filtrants ont été installés, le tout dans une bonne ambiance.

Dans la matinée, les manifestants se sont réchauffés comme ils pouvaient, près des différents feux de palettes pendant que’une sono passait les tubes de Daniel Balavoine et de Téléphone.

Peu nombreux furent les automobilistes qui ont tenté d’accéder à la ville.

Certains ont eu la chance de passer. D’autres, plus réfractaires, se sont heurtés à une mobilisation quelquefois tenace. A l’image d’une dame forçant le barrage pendant que des huées l’accompagnent.

Que de slogans et de messages de contestation durant cette journée du 17 novembre

Que de slogans et de messages de contestation durant cette journée du 17 novembre (©L’Orne-Hebdo)

Non loin, les esprits se sont échauffés entre des manifestants bloquant l’accès au parking de Brico Dépôt et un responsable du magasin, mécontent d’être pris en otage.

A la sortie n°19 (Alençon-sud), quelques gilets jaunes ont bien essayé de faire de même avec le péage. En vain, les gendarmes veillant au grain.

Tous ne sont pas venus protester contre la hausse des taxes de carburants. Certes, plusieurs motards sont venus exprimer leur ras-le-bol quant à la réduction de la vitesse sur les routes et le coût trop élevé d’un plein d’essence.

Manu Marguerrite, président de Manu-Tard, club de moto à Damigny, prend clairement Emmanuel Macron pour cible. « C’est Manu contre Manu », sourit-il. « On en a marre de voir tout augmenter. Ce n’est pas normal. Tout le monde n’a pas les moyens d’investir dans de nouveaux véhicules. »

Dominique, originaire de Champfleur, est venu soutenir une cause « plus générale ». Il déplore la politique « ultra-libérale » du président de la République.

Il dit que les Français ne sont pas cohérents, ils veulent plus de services publics mais payer moins d’impôts. Pourtant, ce qu’on remarque, c’est qu’il y a moins de services publics et une hausse des impôts.

En raison de la faible fréquentation du magasin Leclerc, l’hypermarché à Arçonnay-Alençon a décidé de fermer ses portes, et ce jusqu’à la fin de la journée.



















Des centaines de gilets jaunes au sud d'Alençon


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse