Hausse du trafic de stupéfiants à Aurillac : la justice et la mairie main dans la main

Une hausse du trafic de stupéfiants à Aurillac, le Parquet veut lutter contre le phénomène.

Une hausse du trafic de stupéfiants à Aurillac, le Parquet veut lutter contre le phénomène. (©Illustration/Fotolia.)

Certaines rues du centre-ville d’Aurillac sont connues pour ça : le trafic de stupéfiants bat son plein. Olivier Clémençon, procureur de la république d’Aurillac, a pris conscience du phénomène et veut lutter contre ce fléau.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(« atf_pave-haut »); });

Une première à Aurillac

À son initiative et c’est une première à Aurillac, il a décidé de prendre le sujet à bras le corps et a voulu la création d’un GLTD (Groupe local de traitement de la délinquance). Il doit prendre effet au printemps 2019 : « Cela existe dans d’autres départements. On a ciblé ce phénomène du trafic de stupéfiants dans le centre historique d’Aurillac. Le but est de mettre de nombreux acteurs autour de la table (Parquet, police, préfecture, mairie, élus, bailleurs sociaux) pour échanger entre nous et trouver des moyens pour lutter contre ce phénomène.« 

A gauche, Olivier Clémençon, procureur de la république d'Aurillac.

Au micro, Olivier Clémençon, procureur de la république d’Aurillac. (©NG.)

Augmentation du trafic de stupéfiants

Et de constater une augmentation du trafic et de la consommation, notamment de cocaïne et d’héroïne. « Et la volonté est surtout d’échanger entre nous, car on n’a pas souvent l’occasion et cela permet d’avancer plus vite. Les bailleurs sociaux et la mairie ont des renseignements sur ces personnes qui interviennent dans le trafic, et donc cela peut être utile. À notre niveau, on a la possibilité de l’interpellation des individus mais cela permet aussi de voir de quoi ont besoin les enquêteurs pour élucider des affaires » confie Olivier Clémençon.

« Trouver des solutions »

Ce GLTD aura une durée éphémère, entre 6 et 12 mois et il permettra de « faire un état des lieux de la situation et de trouver des solutions » conclut le procureur.

LIRE AUSSI :  Aurillac. 18 mois ferme pour vols en récidive

De son côté, Pierre Mathonier se montre favorable à cette initiative et souhaite y prendre sa part. «  Tout ce qui peut contribuer à la sécurité et réduire la délinquance est bon. On y prendra notre part. Car on assiste à une mutation de la société.

« Le coût de la drogue diminue »

La consommation a augmenté à Aurillac. Et le coût de la drogue a diminué. Mais il est important de coordonner nos actions et cette initiative rejoint notre travail de prévention que l’on peut effectuer avec des associations, l’hôpital, l’Anef (association nationale d’entraide) du Cantal ou l’Apt (l’association APT a été créée en 1999 afin d’accueillir et d’accompagner des personnes toxicomanes dans le département du Cantal).

Inquiétudes sur ce fléau

« Et de se montrer inquiet sur un fléau qui est en progression selon lui : « On est passé d’une consommation festive à une consommation pour tenir le coup au travail. »

Hausse du trafic de stupéfiants à Aurillac : la justice et la mairie main dans la main

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles