Insulté et frappé, un adolescent victime d'une agression homophobe en Moselle

En Normandie, l'actualité de la semaine du 29 octobre au 2 novembre 2018 a été particulièrement marquée par l'agression homophobe violente survenue à Rouen.

Le lycéen a été poursuivi par ses agresseurs dans les rues. de Thionville, en Moselle. (©Adobe Stock/Illustration)

Une enquête de police a été ouverte à Thionville (Moselle) après l’agression d’un adolescent âgé de 17 ans dans les rues de la ville. Le lycéen a été insulté et frappé par plusieurs individus vendredi 1er mars 2019. Des propos homophobes ont été proférés en plus des violences physiques.

Les faits ont débuté à la gare routière située juste en face du lycée Hélène Boucher, dans le centre-ville. Le jeune homme sortait de cours et attendait un bus pour rentrer chez lui, comme chaque soir.

Un groupe de plusieurs individus l’a abordé en l’insultant. Des propos visant ouvertement son orientation sexuelle ont été prononcés. « Les gays comme toi, j’ai envie de les frapper« , lui a lancé l’un des protagonistes, selon l’association Couleurs Gaies. 

Lire aussi : Agression homophobe à Toulouse : une jeune femme rouée de coups par trois hommes le soir d’Halloween

Ils poursuivent leur victime dans les rues

Le lycéen décide alors de s’enfuir de la place de la Liberté.  Au moins un coup de pied dans le dos a été donné à la victime, alors qu’il se trouvait dans l’une des rues piétonnes de Thionville. Une tentative de lynchage public sous le regard de plusieurs témoins, selon une source proche de l’enquête. 

Selon l‘association Couleurs Gaies, qui défend la cause des minorités LGBT en Lorraine :

Alors qu’il tentait de leur échapper, six de ses agresseurs l’ont pris en chasse dans les rues de la ville où ils lui ont assénés un violent coup de pied dans le dos.

Lire aussi : Violente agression homophobe à Rouen : deux suspects interpellés

Des plaintes déposées

Une plainte a été déposée par le lycéen et une enquête ouverte par la police de Thionville. Par ailleurs, Couleurs Gaies a assuré qu’elle allait se porter partie civile « pour soutenir ce jeune et sa famille face à cet acte odieux ».

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, les actes LGBTphobes ont augmenté de 15% entre janvier et septembre 2018 par rapport à la même période en 2017. Le nombre d’appels sur la ligne d’écoute de SOS Homophobie a, quant à lui explosé : plus 37% en septembre 2018 par rapport à septembre 2017, rappelle le média en ligne spécialisé Têtu.

Insulté et frappé, un adolescent victime d'une agression homophobe en Moselle

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles