L'oeil d'Ovale Masqué sur France – Angleterre (mais pas celui auquel vous pensez)

Autre point fort : pas besoin d’amener un banc pour les remplaçants.

On a eu le plaisir d’assister à ce France – Angleterre de rugby à 7 fauteuil. (©Ovale Masqué)

Si vous êtes amateur de rugby, vous sentez peut-être un drôle de parfum dans l’air depuis quelques jours. Ce parfum légèrement houblonné, c’est celui du Tournoi des 6 Nations. Chaque année à la même période, il revient, et avec lui les samedis après-midi où les matches et les pintes s’enchaînent à un rythme effréné, à tel point que l’on se découvre des talents insoupçonnés, comme celui d’être capable de chanter Fratelli d’Italia ou Hen Wlad fy Nhadau sans jamais avoir appris les paroles.

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(« atf_pave-haut »); });

Mais avant de passer aux choses sérieuses le 1er février, il y avait un avant-goût de VI Nations samedi dernier à Meudon-La-Foret (en Zone 3, ce qui pour le Parisien de base, est presque aussi loin que Cardiff). En effet, c’est dans cette commune du 92 qu’avait lieu le premier Crunch de l’année entre la France et l’Angleterre, dans une discipline méconnue : le rugby à 7 fauteuil. La Ligue Île de France de rugby s’est emparée du sujet du 7 fauteuil pour faire découvrir la pratique et organisait là son 4e Match international de démonstration.

Vous avez tous déjà probablement entendu parler ou même vu des matches du Rugby fauteuil classique présent aux Jeux Paralympiques (inventé par les Canadiens et également surnommé « Quad Rugby » ou « Murderball », même si par les temps qui courent, cette appellation poétique correspondrait bien mieux au rugby à XV). Ce dernier se joue à 4 contre 4, avec un ballon de volley et des règles qui n’ont finalement pas grand chose à voir avec l’ovalie puisqu’on a notamment le droit d’y faire des passes en-avant.

Le rugby à 7 fauteuil, lui, se rapproche beaucoup plus de ce qu’on connaît et présente beaucoup d’arguments en sa faveur :

  1. Il se joue dans un gymnase, ce qui est pratique en hiver, surtout quand vos croyances personnelles et vos convictions les plus intimes vous interdisent d’aller voir jouer le Racing 92 à la Paris-Défense-Arena.
  2. Il peut être pratiqué par n’importe qui. En effet, les équipes mélangent handicapés et valides, hommes, femmes, hétéro ou homo, bi, trans. Seuls les footballeurs sont exclus, on reste tout de même fidèles aux principes de base de l’ovalie.
  3. Les règles (voir en détails ici) sont quasiment les mêmes que celles du rugby, et les matchds se déroulent sur la même durée (deux fois 40 minutes). Avec quelques ajustements, par exemple les coups de pied qui sont remplacés par des coups de poing. Je vous voir déjà vous réjouir : des coups de poing dans le ballon, calmez-vous.
  4. Les phases de ruck sont nettement plus compréhensibles avec des fauteuils.
  5. C’est objectivement le sport qui se rapproche le plus d’une partie de Mario-Kart, malgré l’absence dommageable des carapaces de tortues et des peaux de banane.

Créé en 2011 par un Français (l’ancien rugbyman réunionnais Wally Salvan, accessoirement entraîneur des Bleus), le rugby à 7 fauteuil n’est pas pour l’instant reconnu par la FFR, mais il mérite pourtant le coup d’œil. Pour ceux qui n’étaient pas présents sur place, voici donc un petit résumé de ce France – Angleterre. Vous allez voir que si vous aimez le rugby, vous n’allez vraiment pas être dépaysé, puisque dans cette discipline aussi on se fait rouler dessus – littéralement cette fois – par les Anglais.

Au programme du beau jeu, des chistera et du rentre-dedans.

Au programme du beau jeu, des chistera et du rentre-dedans. (©Ovale Masqué)

Le film du match

1e : D’habitude dans les matches de rugby, un handicapé vient donner le coup d’envoi du match. Ici, ça n’aurait évidemment pas beaucoup de sens, c’est donc l’acteur Bruno Debrandt qui s’en charge. Ce dernier est connu pour sa riche carrière au théâtre et surtout pour son rôle du capitaine Caïn – un policier qui résout des enquêtes en fauteuil roulant – dans la série du même nom diffusée sur France 2. Personnellement, je n’ai jamais regardé, mais ça doit être pas mal puisque les épisodes font plus d’audience que les matchs du XV de France.

Bruon Debrandt, Wally Salvan et Florian Grill, président de la Ligue Île-de-France.

Bruno Debrandt, Wally Salvan et Florian Grill, président de la Ligue Île-de-France. (©Ovale Masqué)

2e : Coup de froid sur le gymnase Georges Millandy avec un premier essai anglais au bout de deux minutes de jeu seulement. Venus avec des intentions, nos voisins d’Outre-Manche vont pointer dans l’en-but après une belle action collective. L’essai est transformé, 0-7.

6e : La réaction française ne se fait pas attendre ! Après une bonne séquence, les Français obtiennent une pénalité (me demandez pas pourquoi, déjà que je ne comprends pas les fautes dans le rugby à XV). Les Bleus décident de prendre les 3 points. 3-7.

Quelque part, Guy Novès doit être fier.

Quelque part, Guy Novès doit être fier. (©OvaleMasqué)

16e : Nouvel essai des Anglais qui réalisent un gros premier quart d’heure. 3-14. Globalement, le début de match est très rythmé, on a le droit à de beaux mouvements collectifs et à quelques bons gros chocs. Le bruit des fauteuils qui se télescopent en mode auto-tamponneuse est d’ailleurs assez impressionnant. Bref, pour l’instant on se fait moins chier que devant un match du Castres Olympique.

CHUTE À L’ARRIÈRE !

CHUTE À L’ARRIÈRE ! (©Ovale Masqué)

19e : Rien ne va plus pour les pauvres Français. 3e essai anglais après une belle action collective et un « coup de poing à suivre » bien senti. Généralement dans ces moments-là, le public se met à chanter la Marseillaise, mais l’absence de séquence de 12 minutes avec des mêlées effondrées complique les choses.

Un bien bel essai anglais.

Un bien bel essai anglais. (©Ovale Masqué)

23e : Les Français répliquent avec un essai en bout de ligne. C’est transformé, 10-19.

25e : Une spectatrice à côté de moi profite d’un petit temps mort pour se demander « est-ce que dans le rugby fauteuil, les streakers rentrent sur le terrain nus sur un fauteuil ? ». Cette question ne trouvera malheureusement pas de réponse cet après-midi.

Le contre français en touche.

Le contre français en touche. (©Ovale Masqué)

30e : Comme indiqué plus haut, les équipes sont mixtes et c’est ce qui nous permet de voir une joueuse anglaise coller une bonne grosse percu à un Français. Espérons qu’un jour, on pourra voir la même chose en rugby à XV (surtout si Safi Ndiaye pouvait coller une grosse cartouche à Owen Farrell).

36e : La remontada française ! Servi sur le bord du terrain, un joueur français tape un coup de poing à suivre dans l’en-but, avant de se faire percuter sans ballon. Après une rapide discussion entre les deux arbitres (qui se trouvent être les entraîneurs des deux équipes), un essai de pénalité est accordé. 17-19. Ce sera le score à la mi-temps.

43e : La seconde période débute comme la première avec une nouvelle réalisation du 7 de la Rose. 17-24.

Une transformation tapée au poing.

Une transformation tapée au poing. (©Ovale Masqué)

46e : Encore un essai anglais. L’avantage, c’est que ça prépare bien psychologiquement pour le Tournoi. 17-33.

Ici, une mêlée et un lancement de jeu.

Ici, une mêlée et un lancement de jeu. (©Ovale Masqué)

59e : Essai français ! Après une longue période de domination stérile dû à la bonne défense des mangeurs de fish and chip, les Bleus trouvent enfin la faille. 22-33.

 Admirez ici le célèbre french flair. On ne sait pas ce qu’ils font et eux non plus, mais c’est sympa à regarder.

Admirez ici le célèbre french flair. On ne sait pas ce qu’ils font et eux non plus, mais c’est sympa à regarder. (©Ovale Masqué)

L’équipe française va malheureusement craquer physiquement en fin de match et complètement exploser. Les Anglais vont marquer 4 nouveaux essais (66e, 69e, 72e, 77e) contre un seul pour la France. On sent que les Grands Britons sont à deux doigts de faire des roues arrière dans notre en-but, heureusement ils décident d’avoir le triomphe modeste. Le score final fait un peu mal : 27-57.

Les Français ont globalement souffert face à la vitesse de leurs adversaires. Oui, comme à XV finalement.

Les Français ont globalement souffert face à la vitesse de leurs adversaires. Oui, comme à XV finalement. (©Ovale Masqué)

Le bilan

Je vais être honnête, quand j’ai été invité à ce match (inutile de crier « journalope » ou « privilégié », de toute façon l’entrée était gratuite) et que je me suis rendu compte qu’il se déroulait en deux périodes de 40 minutes, j’ai eu un peu peur de me faire chier. Et bien ce n’a pas du tout été le cas. Comme au rugby à 7, il y a rythme, de beaux mouvements collectifs, des gestes techniques, des essais – et quelques grosses percus aussi, mais pas avec la tête ou les coudes, du coup personne ne se prend de commotions. Le côté « inclusif » ajoute aussi un petit plus très #ValeursDuRugby. Bref, si jamais un match est organisé près de chez vous, on vous encourage à y aller en courant. Ou en roulant si vous ne pouvez pas.

Les Anglais posant fièrement avec le trophée du match.

Les Anglais posant fièrement avec le trophée du match. (©Ovale Masqué)

Note de la rédaction :

Pour finir sur un ton plus sérieux que l’ensemble de cet article, il faut savoir que la soirée s’est disputée dans une ambiance assez particulière, puisque Pierre Cettour-Rose, président d’honneur de l’Entente Plessis-Meudon et figure bien connue du rugby francilien, est décédé le matin du match. Ovale Masqué et la rédaction d’Actu Rugby tiennent à témoigner tout son soutien et ses plus sincères condoléances à sa famille, ses amis et aux nombreux bénévoles endeuillés qui ont tenu à ce que la soirée soit une réussite.

L'oeil d'Ovale Masqué sur France – Angleterre (mais pas celui auquel vous pensez)


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles