Loire-Atlantique : le bébé de un an avale une boulette de cannabis

Le bébé a avalé une boulette de cannabis

Le bébé a avalé une boulette de cannabis (©actu.fr)

Un jeune couple de Guérande (Loire-Atlantique) a été condamné mardi 12 mars par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire après que leur bébé ait ingéré du cannabis.

Les jeunes parents étaient consommateurs.

Ils l’étaient, car depuis le 17 août dernier, jour du premier anniversaire de leur fils, ils ont tout arrêté. Et pour cause !

« Regard hagard »

Après la sieste, la maman s’étonne du comportement anormal du bébé :

Il est ralenti, son regard est hagard… 

Elle décide de le conduire à l’hôpital, car elle fait tout de suite le lien :

Vers 11 h 30, il a porté à sa bouche une boulette marron 

Pensant alors à de la terre prise dans un pot sur le balcon, elle est désormais persuadée qu’il s’agit plutôt d’une boulette de cannabis.

Ils quittent l’hôpital

Et, rejointe par son compagnon, c’est ce qu’elle déclare au personnel soignant.

Le centre antipoison est contacté, l’enfant est pris en charge mais les parents refusent de le laisser 24 heures sous surveillance.

Mardi dernier, ils sont à la barre du tribunal correctionnel et la présidente, Marie-Aude Talhouarn, les interroge :

Pourquoi cette décision ? 

La maman ne mâche pas ses mots :

Le personnel ne s’occupait pas d’une petite fille qui avait son bras pris dans un barreau dans le lit d’à côté, elle criait, j’ai pensé que nous, ou sa grand-mère pendant notre travail, nous serions plus compétents 

Les parents signent donc une décharge et repartent avec leur fils.

De son côté, l’hôpital appelle les gendarmes qui se rendent aussitôt au domicile guérandais et ramènent l’enfant en pédiatrie.

« Inconscience »

À l’audience, la présidente insiste :

Pourquoi prendre le risque de l’emmener ? Et si son cœur allait flancher ? Vous pouviez rester près de lui dans ce milieu sécurisé ! 

Les parents, 28 et 30 ans, disent regretter.

Me Couerbe, avocate de l’association Prévenir et réparer, représentée par sa juriste Isabelle Le Hébel, dénonce « leur inconscience ».

Elle demande 100 € qui seront versés à l’enfant à sa majorité et 800 € de frais de justice.

L’auditeur de justice, Mélanie Vaugois, requiert 35 heures de Tig et un stage de sensibilisation aux stupéfiants à l’encontre des deux prévenus, pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Le tribunal entend la demande de Prévenir et réparer mais condamne chacun des parents à une amende de 500 € dont 300 avec sursis.

Loire-Atlantique : le bébé de un an avale une boulette de cannabis

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles