Pourquoi le Stadium de Toulouse n’accueille pas de vedette internationale en concert ni de grand spectacle


Indestructible Céline Dion. Malgré la mort de son mari René Angelil en janvier 2016, et à qui elle a rendu hommage récemment à travers une vidéo, la chanteuse québécoise représente toujours un événement planétaire quand elle monte sur scène.

Céline Dion à Lille, Nice, Lyon, Marseille…

En 2017, Céline Dion va sillonner la France pour une méga tournée des stades. Dans l’ordre, la star va se produire au Matmut Atlantique de Bordeaux (29 juin), dans l’écrin multi-tâches de Pierre-Mauroy à Lille (1er et 2 juillet), au Parc olympique de Lyon (12 juillet), au Stade Orange-Vélodrome de Marseille (18 juillet) et à l’Allianz Riviera de Nice (le 20 juillet). Et, au beau milieu de cette balade musicale en province, plusieurs dates à l’AccorHotels Arena de Bercy, à Paris (4,5,8 et 9 juillet). Mis à part Bordeaux, la route de l’Est est bien tracée…

Vendredi 2 juin, le stade Pierre-Mauroy de Lille (Nord), déjà dans la lumière après la finale de la Coupe Davis France-Suisse en 2014, accueillait le concert des Prodiges, avec la truculente Marianne James à la baguette. Et ce, devant 45 000 spectateurs. Jeudi 8 juin, c’est Coldplay qui va enflammer le parc OL de Lyon, tandis que le 24 juin, les Gones pourront se délecter d’un show à l’américaine de sports mécaniques, Monster Jam®. Les veinards…

Ah, Michael Jackson en 1992…

Et Toulouse dans tout ça ? Point de Stadium dans la liste des chanceux, des billetteries dévalisées. Point de concert ultra alléchant, de spectacle grandiose. Pas de Madonna ni de U2 pour enflammer le « Petit Wembley ». Il est loin, le temps où Michael Jackson faisait vibrer 40 000 personnes, un certain 16 septembre 1992.

Pour la mairie, c’est encore trop tôt

Pourtant, sur le papier, toutes les conditions sont réunies pour voir le Stadium en configuration concert grâce à un stade refait à neuf pour l’Euro 2016 – avec « de nouveaux sièges en fonte d’aluminium, plus larges et plus confortables, rabattables », est-il écrit sur le site de la mairie de Toulouse -. « La priorité immédiate, c’était l’Euro de foot. Un an c’est un peu tôt et la pelouse est encore jeune », explique une source au Capitole.

> LIRE AUSSI : La pose de la nouvelle pelouse du Stadium en images, en septembre 2016

« Techniquement, rien ne s’y oppose »

Michel Goudard, l’expérimenté patron d‘Euterpe Promotions dans le Sud-Ouest, qui s’occupe de la venue de nombreuses stars dans la Ville rose (Tal, Michel Sardou, Jamel Debbouze…), prône aussi la « patience » sur le dossier du Stadium.

Techniquement, tout est réuni pour avoir des spectacles, rien ne s’y oppose et nous avons en plus le savoir-faire local. Je l’ai visité pour des spectacles, il existe les accès pour les camions et les engins au pied de la tribune. La porte n’est pas refermée car il n’y a pas de délit de sale gueule pour le Stadium !

Selon lui, l’offre Stadium arrive trop tôt et n’est pas encore un réflexe quand les tourneurs programment leurs dates à l’avance. « Bordeaux, avec Céline Dion, accueillera son premier grand concert, mais c’est un travail de quatre ans car c’était compliqué, au départ, d’organiser des concerts. On verra ce que donnera leur première expérience. Aujourd’hui, la distribution de spectacles dans les stades se fait sur des villes identifiées de longue date ».

L’offre et la demande : voilà l’autre obstacle qui se dresse (et se dressera) sur la route du Stadium.

Les concerts dans des stades et en plein air, une offre encore rare

Actuellement, de nombreux stades peuvent accueillir des concerts de 20 000, 30 000 ou 40 000 personnes. Mais comme il existe peu de dates en plein air, les producteurs ne prennent pas de risque. Si nous avions l’opportunité, chez Euterpe, nous ne nous en priverions pas. Mais nous n’avons pas l’offre pour ces jauges-là.

Selon notre professionnel des spectacles, le Stadium de Toulouse ne boxe pas dans la catégorie de l’AccorHôtels Arena de Bercy, du Grand Stade de Lille ou de l’Orange Vélodrome de Marseille.

Toulouse est une jauge intermédiaire. Et il ne faut pas oublier que la ville possède un Zénith de 12 000 places et que deux dates au Zénith valent peut-être mieux qu’une date au Stadium, poursuit Michel Goudard, assurant malgré tout que Zénith et Stadium « sont parfaitement complémentaires ».

Passez votre chemin, donc, si vous voulez voir en concert les grandes stars de ce monde. « Mais la jauge à 25 000 places, c’est par exemple possible pour un concert de Bruce Springsteen », étaye le patron d’Euterpe Promotions.

L’équation de la pelouse…

Du côté de Toulouse Métropole, qui a repris la gestion du Stadium en janvier 2016, l’envie ne manque pas d’élargir les palettes du joyau toulousain. D’abord parce qu’aucun souci technique n’apparaît, selon l’élu en charge du Stadium, Romuald Pagnucco. « Côté tribune Est, on peut acheminer des camions au pied du virage. Et côté Ouest, les deux parties du bas de la tribune sont démontables pour les évacuations ».

Mais plusieurs obstacles se dressent sur le projet de voir des grands concerts dans l’écrin. Comme l’expliquait Michel Goudard, la jauge du Stadium est insuffisante. « La base pour des concerts dans ce genre de stade, c’est 40 000 places. Le Stadium est moins compétitif que d’autres stades », reconnaît Romuald Pagnucoo.

Le problème majeur, récurrent, est celui de la pelouse, changée en septembre 2016 pour près de 500 000 euros. Malgré son suivi, à l’année, par un ingénieur agronome – il se rend au Stadium tous les mois pour prélever des échantillons de pelouse et faire des analyses -, rien n’est simple quand il s’agit d’accueillir un public exalté prêt à sauter durant plus de deux heures…

Si nous voulons accueillir des concerts au Stadium, il y a trois scénarios, précise Romuald Pagnucco : le premier est de laisser une partie du public sur la pelouse, mais le changement de la pelouse serait aux frais de l’organisateur du spectacle. Cela s’est déjà fait à Lyon, par exemple. Deuxième hypothèse : le concert se déroule normalement et on attend ensuite que la pelouse se régénère tout seule, ce qui prend environ dix semaines. Enfin, dans le dernier cas, on prévoit des plaques de protection pour la pelouse, à la charge des organisateurs, et la pelouse peut se régénérer en trois-quatre semaines.

Les cas de figure pour revoir des concerts au Stadium

La configuration concert est possible… mais dans des timings de calendrier très resserrés. « Si nous voulons accueillir des concerts, c’est à partir de la fin de saison du TFC. Soit fin mai et jusqu’à début juin maximum. Nous ne devons pas pénaliser les sports de haut niveau », poursuit l’élu métropolitain.

Actuellement, au niveau de la sécurité, le Stadium est homologué pour recevoir des matchs de foot, de rugby et des concerts mais pas d’autres grands spectacles comme du moto-cross… ou un show de Monster Jam®, comme celui de Lyon.

Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, ndlr) souhaite voir des concerts au Stadium. Nous n’avons pas investi 50 millions d’euros pour seulement quatre matchs de l’Euro…

Priorité au France-Luxembourg de septembre

Après France-Samoa de rugby en novembre 2016, le Stadium a été choisi par la Fédération française de rugby (FFR) pour accueillir les Bleus de Didier Deschamps à l’occasion du match de qualification au Mondial 2018 contre le Luxembourg, dimanche 3 septembre 2017. « Nous n’avons rien précipité sur le volet concert, car on veut être prêt pour cette rencontre et ne pas jouer avec le feu », indique Romuald Pagnucco.

> LIRE AUSSI : Mondial 2018. C’est officiel : le match France-Luxembourg se jouera au Stadium de Toulouse !

Feu vert en 2018 ?

Pour les concerts, les Toulousains, logés à une moins bonne enseigne que les Lyonnais, les Lillois ou les Bordelais, devront patienter. Mais peut-être pas pour longtemps. A Toulouse, la ville qui a su accueillir la Fête de la musique en 2016 avec un bis repetita en 2017, un concert NRJ pour le 14-Juillet 2016 et le show des Enfoirés au Zénith, en janvier 2017, on s’active pour 2018, où les choses pourraient bouger. A suivre…

Pourquoi le Stadium de Toulouse n’accueille pas de vedette internationale en concert ni de grand spectacle

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles