Sarthe. Artisan et agent de sécurité dans le secteur de La Ferté-Bernard : des gilets jaunes se confient


A La Ferté-Bernard (Sarthe), certains gilets jaunes lancent un cri d'alarme, comme Mélanie, agent à domicile,  qui quitte son travail.

A La Ferté-Bernard (Sarthe), certains gilets jaunes lancent un cri d’alarme, comme Mélanie, agent à domicile, qui quitte son travail. (©Echo sarthois)

Partout en périphérie de La Ferté-Bernard (Sarthe), les gilets jaunes croient dur comme fer en leur mouvement citoyen.

Depuis samedi 17 novembre 2018 matin, leur motivation ne faiblit pas, comme en témoigne notre galerie de photos ci-après.

« J’arrête. Je suis obligée »

Pourtant, certains ont le cœur lourd, à l’image de Mélanie, de Ceton (Orne). A 34 ans, elle tient à le faire savoir, la jeune femme arrête son activité.

Je suis agent à domicile. C’est-à-dire que j’aide les gens de retour d’hospitalisation par exemple, pour la toilette, défaire les bagages, etc. Mais j’arrête. Je suis obligée. Nos employeurs ne nous paient plus l’essence. En zone rurale, c’est très difficile. Dans le secteur, nous sommes six à avoir pris la même décision. Il va finir par n’y avoir plus personne.





La maman de trois enfants, dont le conjoint est ouvrier d’usine, n’est pas la seule à pester.

Des artisans mobilisés

Un artisan-carreleur installé dans le canton de Bonnétable est là, lui aussi, vêtu de son gilet jaune : 

Avant, on avait de gros marchés sur Rennes, qu’on ne peut plus faire parce que le carburant coûte trop cher. 

LIRE AUSSI : A Bonnétable, les gilets jaunes bloquent l’accès au magasin Super U pour les automobilistes

Tous ont une raison particulière pour prendre part au mouvement citoyen, ce samedi 17 novembre 2018. Et une grande partie semble bien décidée à rester jusqu’à obtenir gain de cause de la part du Gouvernement.

Sarthe. Artisan et agent de sécurité dans le secteur de La Ferté-Bernard : des gilets jaunes se confient


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse