Une soixantaine de participants pour la première soirée organisée dans le cadre du Grand Débat à Saint-Claude

Première réunion à Saint-Claude

Première réunion à Saint-Claude (©Voix du Jura/Monique Henriet)

A l’initiative de Michael Lefel, soucieux qu’un débat voit le jour à Saint-Claude, un petit collectif composé de cinq personnes de tous horizons politiques et professionnels s’est constitué pour organiser deux soirées de discussions à la salle Bavoux-Lançon. 

La première soirée a eu lieu mardi 5 mars 2019 de 19 h à 21 h en présence d’une soixantaine de personnes. 

En animateur de la soirée, Michael Lefel, qui était accompagné d’Olivier Brocard, Christine Sophoclis, Frédéric Poncet et Florian Sculfort, a rappelé que l’objectif des rencontres étaient de « permettre à chaque citoyen d’avoir accès à la libre parole ; le tout dans le respect mutuel ». 

« Dans le cadre du Grand Débat National de nombreux thèmes sont abordés, nous vous proposons lors des deux réunions organisées à Saint-Claude, à savoir ce soir et mercredi 13 mars 2019 à 19 h, d’aborder quatre thèmes. Ecologie et fiscalité ce soir, puis services publics et démocratie la semaine prochain. 

Pour ce premier rendez-vous, une soixantaine de personnes était présente, dont le maire de Saint-Claude Jean-Louis Millet ainsi que sa première adjointe Françoise Robert, ainsi qu’André Jannet, président du Comité de Défense et de Soutien de l’hôpital de Saint-Claude (CODESOHO) et plusieurs Gilets Jaunes de Saint-Claude. 

Des transports pour les étudiants

Le débat a été lancé en partant de l’hôpital, pour la défense de la ligne ferroviaire, alors que l’on met énormément de transport sur les routes, le transfert ferroviaire pourrait contribuer à préserver l’environnement. 

Défendre les trains oui, mais encore faut-il les prendre quand il y en a !

Voir des jeunes qui prennent des voitures pour aller en FAC à Besançon, sur des routes dont on connait l’état ! Il serait préférable d’avoir des transports plus fréquents pour les jeunes qui font des études supérieurs.

On ferme les hôpitaux, en augmentant les déplacements des ambulances et des hélicoptères (quand ils peuvent décoller). Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui doivent trouver des solutions ? On nous parle d’écologie à nous, mais est-ce qu’on en parle au président Macron, qui se déplace en avion ou dans des véhicules qui roulent au diesel, avec toutes ses équipes ? 

Une Vélo-école ?

Toujours au niveau de l’écologie, il a été question du vélo. Sauf qu’à Saint-Claude, il y a beaucoup de côtes !

L’utilisation des Vélos à Assistance Electrique est une bonne chose, mais beaucoup de personnes ont peur de l’utiliser. Est-ce qu’il ne serait pas possible de créer une « Vélo-Ecole » ? 

En matière de fiscalité cette fois, il était proposé de revenir à une TVA à plusieurs vitesses : une TVA basse sur les produits de première nécessité et une TVA de luxe pour les produits de luxe. 

Obliger les électeurs à aller voter

Bien que la question n’était pas à l’ordre du jour, il a aussi été question du fort taux d’abstention lors de l’élection d’Emmanuel Macron, à la tête de l’Etat avec des suffrages qui ne représentent que 18 % de la population. 

Ne pourrait-on pas promulguer une loi qui oblige les citoyens à aller voter ? Et pour inciter les électeurs à se déplacer, pourquoi ne pas voter pendant la semaine pendant que les mairies sont ouvertes comme cela se fait en Suisse ? 

On parle beaucoup de la croissance, et les jeunes changent de portables tous les 3 ou 6 mois. Est-ce qu’il ne serait pas souhaitable d’investir sur des campagnes pour inciter à consommer moins ? 

Une suggestion qui appelait la question de l’obsolescence accélérée. 

« On n’est pas écoutés »

Les violences des forces de l’ordre contre les manifestants ont également été abordées.

Ce sont des mamans, des papas, des retraités, des gens qui n’arrivent plus à s’en sortir qui descendent dans la rue. Quand on n’a pas d’argent comment faire ? Comment se faire entendre ? Ceux qui ont été arrêtés n’avaient pas de casier judiciaire. 

La violence est-elle la solution pour se faire entendre ? 

Les échanges ont eu tendance à s’échauffer ; tandis qu’un participant retardataire a fait une arrivée remarquée ; perturbant également le bon déroulement des échanges par un comportement inapproprié. 

Les débats se sont alors espacés… pour se terminer. Rendez-vous était alors donné pour mercredi 13 mars 2019 à 19 h à la salle Bavoux-Lançon. 

Une soixantaine de participants pour la première soirée organisée dans le cadre du Grand Débat à Saint-Claude


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles