VIDEO Locmaria-Grand-Champ. Ty-Fournil représentera la boulangerie bretonne à Paris

Virginie et Nicolas Cadoret, gérants et leur boulanger Clément Orgebin.

Virginie et Nicolas Cadoret, gérants et leur boulanger Clément Orgebin. (©Jean-Michel Fournier)

Ty-Fournil, c’est le nominatif de la boulangerie créé par Virginie et Nicolas Cadoret, à Locmaria-Grand-Champ en 2015. Une boulangerie différente, composée de professionnels sensibles aux évolutions de la société… « Nous intégrons les principes du développement durable au sein de notre fonctionnement en priorisant les circuits courts, privilégiant une gamme de produits de qualité exclusivement artisanale, en préservant la santé de notre clientèle, au travers de nos méthodes de fabrication », précise Nicolas Cadoret, incitatif pour fédérer son équipe autour de nouveaux défis.
Et question défis, les uns comme les autres ne réchignent pas à se confronter à d’autres professionnels, histoire de pousser toujours un peu plus loin leurs limites, mais surtout pour mettre en avant un savoir-faire reconnu…

De l’université à la boulangerie

Salarié chez Ty-Fournil, Clément Orgebin vient de s’octroyer le premier prix (catégorie salarié) de la Meilleure baguette du Morbihan 2018. Le jeune boulanger de 26 ans n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il avait d’ores et déjà obtenu des premiers prix comme apprenti puis ouvrier alors qu’il intervenait à Pluvigner chez Maxime Le Blaye puis à Languidic, lorsqu’il oeuvrait aux côtés de Nicolas Tricot. Boulanger certes mais pas que !
Avant d’embrasser cette carrière professionnelle, Clément Orgebin (né à Nantes, le 27 août 1992) avait passé un bac ES, suivi les cours de l’IUT de Quimper et obtenu un DUT GEA… « Je m’interrogeais toutefois sur le sens que je voulais donner à ma vie… Je me suis finalement décidé à devenir boulanger. Le premier de toute ma famille, » assure-t-il. Après avoir passé un CAP puis un Brevet profressionnel, le jeune homme, visiblement heureux, prépare aujourd’hui un brevet de maîtrise.

Sur le parvis de Notre-Dame

Satisfait que son employé est obtenu « la baguette d’or » 2018, Nicolas Cadoret, patron de Ty-Fournil l’est aussi puisque son entreprise (collège artisans) est à nouveau primée « Meilleure baguette de Bretagne 2018 ». « Nous nous sommes présentés deux fois à la sélection régionale (en 2016 et 2018) et nous avons gagné à chaque fois, indique Nicolas Cadoret. En mai 2019, nous participerons ainsi à la finale nationale organisée par la Confédération nationale des boulangers sur le parvis de Notre-Dame. A la différence des concours régionaux, là-bas il faudra réellement concevoir la baguette sur place, tout est prévu à cet effet », confie le patron de Ty Fournil, lequel, pour mettre au point ses produits, n’hésite pas à s’associer sa clientèle « – ils sont acheteurs-goûteurs- » à ses recherches. Le meunier – Jean-Pierre Bertho, Guehenno – est également mis à contribution pour proposer des farines souhaitée par le boulanger…

Toute une équipe mobilisée

Lorsqu’il évoque son métier, Nicolas Cadoret en parle avec passion, détermination et surtout une véritable volonté d’en faire un art, au sens artisanat du terme, comme le faisait Ragueneau, le rôtisseur-pâtissier dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, et sans pour cela plagier Pierre Dac, qui lui disait : « De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme. »
« Nous essayons de ne pas nous disperser mais de faire au mieux ce que nous croyons plaire à nos clients, aux gens ayant conservé à l’esprit, une qualité de pain qu’ils ont connu naguère. Chez nous, pas de produits chimiques, seulement du levain, un véritable travail en fermentation… C’est tout cela qui donne au pain et notamment à la baguette de tradition (celle primée) son esthétisme, ses spécificités : volume, couleur crème de la mie, croustillant, alvéolage.. » patron d’une entreprise employant aujourd’hui cinq personnes : Estelle Garel, apprentie boulangère, Morgan Le Roch, apprenti boulanger, Clément Orgebin, boulanger et Virgine et Nicolas Cadoret, gérants, mûes par le même désir faire du bon pain…Toute une équipe mobilisée pour demain, en mai 2019, défendre les couleurs de la Bretagne, à la capitale.

« Le snacking peut être excellent ! »

Nicolas Cadoret présente l'une de ses réalisations : le Crousty-Breizh...

Nicolas Cadoret présente l’une de ses réalisations : le Crousty-Breizh… (©Jean-Michel Fournier)

S’adapter, c’est le maître-mot. Alors pour coller à la réalité de la société, les boulangers de Ty-Fournil proposent des produits innovants, répondant aux attentes des clients en quête de snacking (prêt-à-manger)comme l’on dit aujourd’hui… « Nous avons mis au point des produits comme le Crousty-Breizh, une création originale à base de pâte feuilletée (sorte de gouttière) constituée de farine 100% bretonne et de qualité IGP(Indication Géographique Protégée) ».
Le Crousty-Breizh se déguste facilement et est garni de compotée de poireaux-saumon fumé (sur place), compotée de poivron au piment et chorizo, compotée d’oignon vin rouge, andouille et pommes etc.

« Je pense qu’il est possible de manger rapidement, sainement et localement, » 

affirme le professionnel, croyant fermement aux ressources de l’artisanat, apte à faire « du bon et différent »…
J.-M. F.
Pratique
A découvrir également, notre vidéo sur actu.fr/la-gazette-du-centre-morbihan
Virginie et Nicolas Cadoret avec Clément Orgebin, meilleure baguette du Morbihan.

VIDEO Locmaria-Grand-Champ. Ty-Fournil représentera la boulangerie bretonne à Paris


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles