Prenez les chemins de Saint-Jacques !


Par Eric Duprix

Exposition Chemins de Compostelle au couvent des Jacobins du 29 mai au 2 septembre 2018 

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO il y a vingt ans. Pour célébrer cet anniversaire dans une des principales villes-étapes sur les chemins de Saint-Jacques, de nombreux événements sont organisés en 2018 à Toulouse. Parmi ceux-ci, du 29 mai au 2 septembre au couvent des Jacobins, une passionnante exposition qui permet au visiteur de découvrir ce qu’étaient les motivations, le parcours et la vie du pèlerin à l’époque médiévale.

 

Compostelle

 

Petit cours d’histoire et présentation de l’exposition avec la très érudite Marie Bonnabel, conservatrice du couvent des Jacobins, initiatrice et conceptrice de l’événement.

À quelle époque ont lieu les premiers pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle en Europe ?

Le corps de Saint Jacques a été découvert en Galice au IXe siècle mais c’est vraiment à partir du XIe que les chemins menant à Compostelle vont être très fréquentés par les pèlerins. Cette forte fréquentation se poursuit durant toute la période médiévale, véritable âge d’or du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, avant de connaître un coup d’arrêt avec la Réforme et le développement du protestantisme au XVIe. Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on constate un regain du pèlerinage de par la volonté des autorités ecclésiastiques de la basilique de Compostelle. À partir de 1930, la redécouverte du Guide du Pèlerin, livre très ancien qui ne portait pas ce titre à la base mais réintitulé ainsi à l’époque, inaugure la vogue du pèlerinage ou plutôt des chemins de Compostelle tels qu’on les connaît actuellement, avec pour certains pèlerins des motivations religieuses et pour d’autres un intérêt sportif ou de défi lancé à soi-même.

Quand Toulouse devient-elle une étape importante voire un haut lieu du pèlerinage sur les chemins de Saint-Jacques ?

Toulouse devient une étape notable sur la route de Compostelle grâce à la basilique Saint-Sernin, lieu de recueillement important en raison de la présence des reliques de Saint Saturnin devenu par la suite Saint Sernin. Comme pour Saint-Jacques-de-Compostelle, l’âge d’or du pèlerinage à Saint-Sernin correspond aux XIe et XIIe siècles, la période où l’on bâtit la très belle basilique que l’on peut admirer aujourd’hui. Le plein essor du pèlerinage de Compostelle et celui de la dévotion aux reliques de Saint Saturnin à Toulouse sont tout à fait contemporains.

 

Basilique Saint-Sernin © Patrice Nin  Basilique Saint-Sernin

Prenez les chemins de Saint-Jacques !

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Powered by WordPress. Designed by WooThemes