Mort Homme, c'est à Verdun…

Il n’y a pas de morts, chez Pétain. Et les soldats dont il a pourtant veillé à améliorer les conditions matérielles après les mutineries, n’ont pas de visage. Commandant en chef, Pétain ne connaît que des armées, des généraux, des mouvements, des offensives, des replis, des lieux, des cotes et «l’Ennemi». C’est l’une des singularités du manuscrit qu’il a laissé : La Guerre Mondiale 1914-1918 (1). Un cours façon école de guerre de «Précis-le…
Mort Homme, c'est à Verdun…

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles