Transport-amoureux.vu revient sur les écrans de Jeanne d’Arc


Des œuvres d’art nous accompagnent dans toutes les stations de métro de Toulouse. Celle de Jeanne d’Arc, Transport-amoureux, est numérique. Depuis début mars, il est de nouveau possible d’y lire des petits mots doux… -Pauline Vilchez

Transport-amoureux.vu, station de métro Jeanne d'Arc, Toulouse. © Pauline Vilchez
Station de métro Jeanne d’Arc, Toulouse © Pauline Vilchez

Après une interruption l’année dernière, manifester son amour entre deux rames est de nouveau possible à Jeanne d’Arc. Depuis début mars, près de 200 messages empreints de tendresse ont ainsi été envoyés et lus par les usagers de la station. “Le principe est simple : vous croisez quelqu’un qui vous a plu dans le métro et vous allez sur le site internet www.transport-amoureux.vu. Vous pouvez alors lui laisser un message qui passera sur les écrans de la station” explique Sylvie Veyrac, chef du projet conservation du patrimoine artistique chez Tisséo. La messagerie mémorise 150 messages de 200 signes maximum, le dernier posté effaçant le premier publié. Des milliers de mots d’amour ont ainsi traversé les lieux depuis 2007.
Lors de la création de la ligne B du métro toulousain, l’artiste parisienne Sophie Calle participe à un concours pour décorer les nouvelles stations. En s’inspirant de la rubrique transports amoureux, publiée à partir des années 70 dans le journal Libération, elle décide de faire du métro un lieu de rencontre. S’affichent alors au grand jour, sur les murs de l’arrêt Jeanne d’Arc, des déclarations d’amour éphémères, fruits de regards échangés ou de discussions inachevées. “Le hasard joue un grand rôle dans cette œuvre, c’est comme jeter une bouteille à la mer sans la certitude d’une réponse”, souffle Sylvie Veyrac. Pour elle, le but n’est pas de retrouver la personne qui vous a charmée, “c’est l’aspect poétique qui est intéressant”. Ce romantisme on peut le retrouver sur tous les murs de la station, puisque les phrases que l’on y lit sont des messages envoyés au site.
Pour mettre toutes les chances de son côté et que la personne concernée par le message puisse répondre, Sylvie Veyrac conseille d’y inscrire une adresse mail. Il est en revanche impossible de laisser un numéro de téléphone. Par ailleurs, “un modérateur physique, choisi par l’artiste, veille au respect de l’œuvre. Bien évidemment, aucune insulte ne sera  publiée”.

Pour certains une jolie découverte, pour d’autres un frein aux relations humaines, les Toulousains donnent leur avis :

Transport-amoureux.vu revient sur les écrans de Jeanne d’Arc sur Le Journal Toulousain.

Transport-amoureux.vu revient sur les écrans de Jeanne d’Arc

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Powered by WordPress. Designed by WooThemes