Toulouse les Orgues, jusqu’au 15 octobre !


Du 4 au 15 octobre, le festival international Toulouse les Orgues offre au public l’occasion d’apprécier l’exceptionnel patrimoine d’orgues de Toulouse.

Et pour cette 22ème édition, le festival pose la question « L’orgue rend-il fou ? » : autour de cette thématique intrigante, il invite le public à partager un brin de folie musicale le temps de 40 manifestations des plus diverses. Des rendez-vous pour tous les publics, fous d’orgue, mélomanes, gourmands de découvertes artistiques, dans « la » ville des orgues, avec en ouverture du festival jeudi 5 octobre le retour sur le devant de la scène, après son relevage, du grand orgue de Saint-Sernin. Toulouse les Orgues organise également en début de Festival, le 12e Concours international d’orgue Xavier Darasse, l’occasion d’entendre de jeunes organistes qui se consacrent à la musique. Une folie peut-être, une passion sûrement !

FOLIES BAROQUES
Dans cette série de concerts, la musique exprime la rage, la douleur et l’oubli avec maux d’amour, mots de fureur, danses frénétiques et virtuosité.
Les Mad Songs alternent grandes plaintes d’amour fou et musiques traditionnelles gaéliques de l’époque baroque.
La Folia est une danse dont l’origine remonte aux fêtes de carnaval au Portugal, dès le XVe siècle, puis en Espagne avant de conquérir l’Europe. Sa mélodie a connu une popularité prodigieuse à l’époque baroque, support à des variations d’une virtuosité débridée. Quant à Antoine Forqueray, ses admirateurs et ses détracteurs le surnommaient « le diable » aussi bien pour son immense talent que pour son épouvantable caractère.

FOLIES DOUCES
Une série d’expériences musicales pour transporter l’auditeur dans un monde parallèle par l’hypnose, le hasard et l’inconnu… Le Monde à l’envers est un concert-spectacle autour d’un pendule géant qui crée un mandala de sable sur le sol, avec un accompagnement musical d’œuvres contemplatives et de musiques traditionnelles japonaises.

Le concert-surprise est une douce aventure sonore dans laquelle l’auditeur s’engage à l’aveugle… Enfin, de grands improvisateurs livreront leur fantaisie créatrice, chacun dans sa spécialité. Michel Bignens improvisera sur des thèmes de la Renaissance, Loïc Mallié, dans le style de Berlioz et Monica Melcova créera en direct la bande son d’un pastiche burlesque de Max Linder sur les Trois Mousquetaires.

 

ORGUE PASSION
Le concert d’ouverture est un hommage au grand orgue de Saint-Sernin, le chef-d’œuvre d’Aristide Cavaillé-Coll, après le relevage de l’instrument. Le Requiem de Duruflé, l’une des œuvres du XXe siècle les plus jouées, sera interprété avec le très bel ensemble vocal basque Conductus.
Wayne Marshall, chef charismatique souvent invité de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, lâche la baguette pour deux concerts aux claviers, son autre passion. L’un en soliste et improvisateur sur l’orgue de Saint-Sernin, l’autre dans un programme Saint-Saëns et Widor avec l’ONCT.
L’intérêt pour la facture instrumentale est une autre passion qui agite les musiciens. Cette année seront présentés pour la première fois dans le monde deux rares exemplaires d’orgues-tables du XVIIIe siècle, en usage à Versailles. Ou comment cacher un orgue dans une table de jeu…

FOLIES FURIEUSES
Un clin d’œil au mythe de l’organiste mégalomane, voire paranoïque avec Max Reger, un compositeur au catalogue démesuré. De son côté, l’inventif Jacob Lekkerkerker tente de faire bouger les bâtiments avec un orgue à tuyaux et un dispositif spatialisé.
L’organiste Barbara Dennerlein n’est agitée que du rythme du jazz, pas de furie mais une pulsation trépidante. Elle partagera aussi son énergie avec 35 cuivres dans un répertoire plus classique pour une rencontre détonante.
Les organistes enfin se déchaîneront en paroles et en musique lors d’une vraie Nuit des Fous, d’une cantate parodique écrite pour l’occasion à Tubular Bells de Mike Oldfield.

DE LA FANTAISIE À TOUTE HEURE
Faire une pause dans des journées de dingues… À midi et 18h, les concerts sont calibrés sur quarante-cinq minutes.
Cette année, les concerts du Midi associent l’orgue à un autre instrument et/ou une voix. Ces formations permettent d’aborder un répertoire varié, comme des extraits du Requiem de Fauré, ou des réductions de grandes œuvres, comme Harold en Italie de Berlioz avec alto solo.
Les concerts de 18h sont réservés aux jeunes talents. Les quatre jeunes organistes invités cette année au Festival sont tous déjà entrés dans une carrière prometteuse. S’ils ont en commun d’être lauréats de concours internationaux, ils affectionnent des répertoires très différents, du baroque allemand à la grande musique symphonique française ou encore à la musique contemporaine.
Enfin les cinglés de musique s’offriront l’excursion en Roussillon pour découvrir son riche patrimoine organistique, visiter la région et déguster des spécialités locales. Deux jours de musique et de saveurs, une vraie folie !

Infos et réservations : www.toulouse-les-orgues.org

Toulouse les Orgues, jusqu’au 15 octobre !

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Powered by WordPress. Designed by WooThemes