Des dizaines de radars tourelles débarquent à Toulouse et dans la région, pour remplacer ceux hors d'usage

Un radar nouvelle génération récemment installé sur la N10, dans les Yvelines, à Trappes

Des radars nouvelle génération (ici un « tourelle » installé sur la RN10, dans les Yvelines) vont être installés sur les routes d’Occitanie (©Illustration / 78actu)

C’est un peu le couteau suisse de la Sécurité routière. En plus de la vitesse, il peut contrôler le port de la ceinture, l’utilisation du téléphone portable, le respect des distances de sécurité… Ou encore un feu rouge grillé. Le radar tourelle, dernier né de la panoplie, est en cours d’installation sur les routes de France. Plus de 400 appareils nouvelle génération doivent débarquer en 2019 – et pas moins de 1 000 d’ici 2020 – un peu partout dans l’Hexagone ! Sans parler de la Haute-Garonne, au moins 40 radars tourelles seront déployés dans quatre départements autour de Toulouse : le Tarn-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Gers et le Tarn. Détails.

Lire aussi : 400 radars nouvelle génération déployés en France en 2019 : voici ce qui vous attend

Déjà cinq dans le Tarn-et-Garonne, avant… une vingtaine d’autres !

Les radars tourelles ont déjà fait leur apparition en Occitanie. Le département le plus « loti » dans la région pour l’heure est le Tarn-et-Garonne,cinq appareils ont été installés, confirme la préfecture. Trois d’entre eux sont sur la RD820, qui relie Grisolles à Caussade, via Montauban. Ils se trouvent sur les communes de Montauban (quartier Fonneuve), Cayrac, et Campsas. Deux autres ont été installés sur la RD928 à Montech entre Montauban et Beaumont-de-Lomagne, et sur la RD926 à Monteils, entre Caussade et Septfonds. Avis aux automobilistes du 82 : ce n’est qu’un avant-goût de ce qui vous attend. La préfecture annonce la couleur : « Il est prévu que les 22 radars dégradés dans le département soient remplacés par des radars tourelles ». Et d’annoncer :

Dans les prochaines semaines, 12 cabines détruites seront remplacées par 11 radars tourelles (il y aura mutualisation des 2 anciennes cabines de la RD 999 à Saint-Nauphary en un seul radar tourelle).

Il en restera dix autres à remplacer en Tarn-et-Garonne, mais certains pourraient être « mutualisés », puisque le tourelle peut œuvrer dans les deux sens.

Trois engins dans les Hautes-Pyrénées

Autre département concerné : les Hautes-Pyrénées, où trois dispositifs sont en cours d’installation, indique la préfecture. Ils seront sur la RD817, commune d’Ibos, en bas de la côte de Ger ; sur la RD935, commune de Nouilhan, sur la route de Vic-en-Bigorre, et enfin sur la RN21, à Orleix. Là aussi, ces équipements pourraient ouvrir la voie à d’autres…

Bientôt quatre radars tourelles dans le Gers

Dans le Gers également, on va découvrir ces nouveaux ‘joujous’. Quatre radars fixes, qui ont été complètement détruits lors des mouvements sociaux, vont être prochainement remplacés par des radars tourelles. « C’est en cours d’étude », confirme la préfecture du Gers, pas encore en capacité de préciser leur localisation. Dans ce département, qui compte une grosse vingtaine de radars, « dès qu’un équipement devra être remplacé, ce sera désormais systématiquement par un radar tourelle ». 

Dans le Tarn, 11 équipements arrivent

Pour ce qui est du département du Tarn, ce sont 11 radars tourelles qui seront installés avant la fin 2019. « Des études techniques ont été faites pour étudier les lieux d’implantation », étaye ici la préfecture. « Certains viendront remplacer des radars dégradés, d’autres seront installés sur de nouveaux sites, jugés accidentogènes. Pour l’instant, leur pose n’a pas commencé ».

En Haute-Garonne, pas de communication

Seule la préfecture de la Haute-Garonne se refuse à communiquer sur les projets d’implantation et de localisation des futurs radars tourelles dans le département. Mais d’après nos informations, la Ville rose et son périphérique ne seront pas oubliés, peut-être même dès cet été !

Un engin « multifonctions »

Vous ne connaissez pas encore ce radar ? La deuxième version de ce redoutable engin, le « Meta fusion 2 » de son nom de baptême, peut flasher jusqu’à 32 véhicules en même temps… Déjà testé dans plusieurs territoires, dont Marseille et la Moselle, il peut « scanner » huit voies de circulation dans les deux sens, sur un tronçon de 200 mètres et de nombreux véhicules en simultané, tout en sachant faire la différence entre un poids lourd et une voiture !

Sa grande nouveauté, c’est surtout qu’il peut déterminer plusieurs types d’infractions, comme le non-respect de feu rouge, le non-port de la ceinture, l’utilisation du téléphone au volant, le franchissement d’une ligne continue, le non-respect des distances de sécurité…

Uniquement la vitesse et les feux rouges… pour l’instant

Pour l’heure, le radar tourelle n’est homologué que pour le contrôle de la vitesse et le franchissement de feu rouge en agglomération, indique à Actu Toulouse la Délégation à la sécurité routière, à Paris. Mais à terme, l’appareil devrait faire feu de tout bois.

Un nouveau radar dit « tourelle » a été installé entre Chailly-en-Bière et Barbizon, en Seine-et-Marne

Un nouveau radar dit « tourelle », comme on devrait en voir en Haute-Garonne, installé en Seine-et-Marne (©La Rep 77/Frédéric Rousseau)

Et au milieu, des radars leurres

Autre particularité de ce radar : pouvoir changer d’emplacement. « Pour une cabine opérationnelle, il y a six cabines leurres », expliquait en avril le délégué interministériel, Emmanuel Barbe, à Actu.fr. Dans ces cabines, les caméras de contrôle pourront être déplacées d’un radar à un autre, sans information préalable pour le conducteur… Certains ne flasheront donc pas, mais impossible de savoir à l’avance lesquels. Plus que jamais, les automobilistes devront lever le pied partout. Tout le temps. Il devrait donc y avoir environ 2 400 leurres, pour 400 « vrais » radars… Emmanuel Barbe détaillait :

En priorité, les prochains radars installés seront des radars fonctionnels, car ils invitent au respect de la règle.

Tous les radars dégradés… remplacés par des tourelles

Reste qu’à Toulouse, de nombreux radars « à l’ancienne » sont encore hors service. Visés par diverses actions successives (agriculteurs, motards en colère, gilets jaunes… ), ils ont été ici bâchés, là brûlés… Notamment autour du périphérique, où les neuf engins ont été mis à rude épreuve ces derniers mois !

Mais ça ne devrait pas durer. En avril, Emmanuel Barbe confirmait à Actu.fr que les dispositifs détruits seraient remplacés par des « radars tourelles ». Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, a d’ailleurs indiqué mercredi 10 juillet 2019 que de nombreux radars dégradés durant la crise des gilets jaunes avaient été « remis en état de fonctionnement », et a même assuré que « l’essentiel des radars sont opérationnels » sur la route des vacances.

« Nous avons commencé à remplacer des radars détruits, nous poursuivrons cela ». Si le ministre n’a pas donné de chiffre, il a admis que « 75 % du parc a été endommagé ». Avant de confirmer qu’ils seraient remplacés par « des radars modernes, perfectionnés, capables de constater les feux non respectés, mais aussi l’usage du téléphone au volant ». Plusieurs préfectures de la région confirment avoir reçu des consignes claires du ministère : en lieu et place des équipements dégradés, des radars tourelles doivent être installés. 

Lire aussi : Toulouse. Les radars du périphérique dans un sale état : lesquels fonctionnent vraiment ?

Des radars plus difficiles à détruire

Perchés sur des mâts de quatre mètres de haut, ces nouveaux engins seront inéluctablement plus difficiles à atteindre par les manifestants en colère. « Il n’est pas en hauteur pour dissuader des personnes qui voudraient le détruire, mais simplement pour permettre de voir plus loin », assurait toutefois le délégué interministériel à Actu.fr, sans détailler le calendrier d’arrivée des radars tourelles, mais admettant que les destructions conduiraient à accélérer la cadence :

Nous avions un cycle d’installation de ces radars nouvelle génération prévu, mais devant le nombre très important de destructions, nous avons dû revoir totalement notre planning d’implantation. 

Du « radar HS » au « radar tourelle »… Les automobilistes apprécieront !

Dernière chose à savoir : contrairement aux autres membres de la « famille », le radar tourelle ne flashe pas. C’est en ouvrant la boîte aux lettres que le contrevenant découvre son infraction…

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles