Des stations météo en cours d’installation pour cartographier les îlots de fraîcheur à Toulouse

Cityscape of Toulouse at sunset time

Cette année, un record de températures minimales pour un mois de juin a été battu à la station météo de Toulouse-Blagnac. (©Adobe Stock)

Toulouse part à la conquête des îlots de fraîcheur. Conclu en mars 2019, un partenariat entre la Métropole et Météo France prévoit l’installation de 60 stations sur les 37 communes que compte Toulouse Métropole

« L’objectif est de mesurer les effet « îlots de chaleur » afin de proposer aux habitants une cartographie précise des lieux de fraîcheur en période caniculaire », explique Pascal Boureau, pour Météo France

Lire aussi : Toulouse : « Dans 30 ans, le très chaud été 2018 nous apparaîtra comme un été relativement frais »

Face à la canicule

Pour rappel, Toulouse a connu un épisode caniculaire historique en juin 2019. Le 27 juin, il a fait 24.2° au lever du soleil et 40,2° au plus fort de la journée. Il s’agissait de deux records de chaleur, pour des températures minimales et maximales, en une seule et même journée. Du jamais vu depuis les premiers relevés de température en 1947 !

Lire aussi : Record battu, la nuit de mercredi à jeudi a été la plus chaude de l’histoire de la météo à Toulouse

Le précédent record s’élevait à 24,1° et datait d’août 2000. 

En temps réel 

Grâce à ces capteurs, les habitants pourront – quasiment en temps réel – consulter les températures sur le site de Toulouse Métropole. « Ce service devrait être opérationnel dès septembre », précise Michel Aujoulat, vice-président de Toulouse Métropole en charge de la coordination de la politique de l’environnement et du développement durable. « Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan climat, face aux changements climatiques. C’est un service supplémentaire pour renseigner les administrés de plus en plus sensibles aux préoccupations environnementales ».

Lire aussi : Réchauffement climatique : il y a urgence, le GIEC appelle à des transformations « sans précédent »

À titre d’exemple, la commune de Blagnac comptabilisera deux stations, l’une en centre-ville, l’autre en bord de Garonne, pour mesurer les écarts de température.

Pascal Boureau, chez Météo France, poursuit :

Selon les horaires, les situations météorologiques… ces 60 stations permettront de repérer les îlots de fraîcheur. Les habitants pourront s’y rendre. C’est aussi un outil pour les collectivités. Face à la hausse des températures, Toulouse Métropole pourra s’appuyer sur ces données météorologiques pour renforcer les trames vertes et bleues, mais aussi pour végétaliser la ville dans une démarche pro-active.   

Lire aussi : Toulouse. Cinq grands parcs bientôt créés pour végétaliser la ville

« C’est une aide à la décision »

Un thésard sera mis à disposition par Météo France pour interpréter les données. « Ces capteurs sont une aide à la décision, pour prendre les mesures adéquates, en particulier en matière d’urbanisme », souligne l’élu Michel Aujoulat, pour Toulouse Métropole. « Par ailleurs, ces informations nous seront utiles au moment des plans canicule, au moment d’établir la carte des zones de fraîcheur. 

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles