En dix jours, trois personnes sans domicile fixe sont mortes dans les rues de Toulouse

Trois hommes ont perdu la vie dans les rues de Toulouse  en dix jours selon un collectif de travailleurs sociaux.

Trois hommes ont perdu la vie dans les rues de Toulouse en dix jours selon un collectif de travailleurs sociaux. (©Adobe stock)

Ils avaient 32, 45 et 50 ans. Trois hommes sans domicile fixe ont perdu la vie dans les rues de Toulouse entre le 4 et 14 novembre 2019, selon les informations rendues publiques par le Groupement pour la défense du travail social (GPS), ce mardi 3 décembre 2019.

Lire aussi : Toulouse. « Je ne m’appelle pas clochard », une étudiante raconte le parcours des sans-abri

Trois morts en moins de dix jours

Le collectif de travailleurs sociaux détaille :

Il s’agit d’un homme de 45 ans, vivant sous une tente, retrouvé mort devant un Leader Price, d’un homme de 50 ans, amputé de deux jambes, retrouvé mort sur son fauteuil roulant sur le bord du canal et un homme de 32 ans retrouvé mort sous le pont de la médiathèque où il dormait.

« Ce n’est pas le froid qui les a tués »

« Ce n’est pas le froid qui les a tués, précise Annabelle Quillet, l’une des militantes du collectif. On ne meurt pas du froid dans la rue. On meurt de la dureté de la vie et de l’usure.» 

En rendant public ces trois décès récents, le GPS entend alerter sur le manque de moyens pour la prise en charge des personnes à la rue. « En 2018, 95% des appels au 115 ont été rejetés ou dissuadés. Malgré cela, le 115 enregistre en moyenne 245 demandes d’hébergements par jour.

Lire aussi : Toulouse. Des places d’hébergement temporaire pour les femmes dans un ancien Ehpad

Plus de 4000 sans domicile fixe à Toulouse

En avril 2019, la mairie de Toulouse  avait rendu publique les chiffres d’une enquête réalisée en partenariat avec le Conseil départemental et différentes associations : on dénombrait alors 4163 SDF dans la Ville rose.

Lire aussi : 4 163 SDF à Toulouse : les vrais chiffres de la misère dans la Ville rose

Le 15 novembre dernier, la préfecture de la Haute-Garonne dévoilait son plan hivernal pour la prise en charge des personnes sans-abri. Et annonçait 5757 places d’hébergement généralistes pérennes dans l’ensemble du département.

« Mais à Toulouse il n’y a que 345 places d’hébergement d’urgence pour les hommes, précise Annabelle Quillet. Ce n’est pas assez. En 2018, 44% des demandes d’hébergement pour les hommes n’ont pas abouti à l’obtention d’une place. Et quand ils obtiennent une place, dans 75% des cas ils sont orientés vers une place en gymnase, pour une seule nuit. » Annabelle Quillet complète

Le problème c’est que les gens se résignent et n’appellent plus le 115. Et ils restent à la rue. Et on sait que plus on reste à la rue, plus c’est compliqué d’en sortir.

« Des hommes meurent dans l’indifférence générale »

Le collectif dénonce une politique de l’hébergement « déshumanisée », « une politique sociale du chiffre et du calcul qui laisse une grande partie de la population SDF sur le carreau » :

Des hommes meurent dans l’indifférence générale. Nous ne pouvons pas tolérer une augmentation de la précarité sans l’application de réelles politiques publiques de lutte contre la pauvreté.

Des renforts au 115

De son côté, la préfecture de la Haute-Garonne indique que l’équipe d’écoutants du 115 a été renforcée pour cette période hivernale, de même que les équipes de rues qui maraudent la rencontre des personnes sans abri. Les services de l’Etat précisent qu’en cas de grand froid « des mesure supplémentaires seront activées de manière adaptée ».

Selon le collectif Les morts de la rue, au moins 15 SDF sont morts dans la rue à Toulouse en 2018.

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles