L'aéroport Toulouse-Blagnac va-t-il être bloqué par les taxis, dans les prochains jours ?

Les taxis pourraient mener un blocage de l'aéroport Toulouse-Blagnac, mardi 28 mai 2019.

Les taxis pourraient mener un blocage de l’aéroport Toulouse-Blagnac, mardi 28 mai 2019. (©Illustration / Fotolia)

L’aéroport Toulouse-Blagnac va-t-il à nouveau être paralysé par les taxis, comme il y a trois ans ? En avril 2016, les chauffeurs de taxis avaient protesté contre l’application Uber, à Toulouse et dans toute la France. Dans la Ville rose, la circulation avait été rendue très compliquée et l’accès à l’aéroport quasi-impossible « pendant quatre jours et trois nuits » se souvient Stéphane Abeilhou, représentant de l’Union nationale des taxis en Occitanie.

Lundi 20 mai 2019, une première opération escargot a été menée sur le périphérique de Toulouse par des taxis et auto-école, contre la Loi d’orientation des mobilités (LOM).

Lire aussi : Toulouse. Opération escargot sur le périphérique, lundi matin : suivez la situation en direct

De nouvelles dispositions pour les VTC

Alors que les vives tensions entre les taxis et les Véhicules de transports avec chauffeurs (VTC) s’étaient apaisées ces dernières années, cette nouvelle loi gouvernementale vient remettre le feu aux poudres. Un texte de 400 pages dans lequel la législation de l’’ensemble des moyens de transports, des taxis aux trottinettes, est revue et corrigée. Et de nouvelles dispositions concernant les VTC ont été annoncées.

« Il y a une vingtaine d’articles qui sont parfaitement néfastes et qui peuvent entraîner la faillite de nos entreprises », assure Stéphane Abeilhou. Dans le viseur des taxis, l’article 15 notamment. Celui-ci prévoit de « réserver des emplacements sur la voie publique, de façon temporaire ou permanente, pour faciliter la circulation des véhicules de transport en commun, des véhicules de transport public particulier de personnes, des véhicules transportant un nombre minimal d’occupants notamment dans le cadre du covoiturage ».

Le point de discorde ? Que les véhicules de transport public particulier de personnes bénéficient de cette disposition. Car dans ce terme sont notamment compris les VTC. Or, ce type de droit était jusque là réservé aux taxis grâce à l’achat de leur licence. Licence dont n’ont pas besoin de posséder les VTC. Mais pour la co-rapporteuse de la loi, Bérangère Couillard, il s’agit d’une « fake news » a t-elle expliqué à France Info.

Une « lecture hâtive » d’Élisabeth Borne

Si d’autres points de discorde ont d’ors et déjà été écartés par le Sénat, les chauffeurs de taxis veulent peser dans les amendements déposés en vue de la loi finale. Ainsi, des juristes ont été dépêchés par l’Union nationale des taxis afin de décortiquer la loi et soulever les désaccords.

Un travail qui a abouti à la rencontre de syndicats avec Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, vendredi 17 mai 2019. Stéphane Abeilhou raconte :

Elle a reconnu avoir eu une lecture hâtive sur le dossier des taxis et s’est dite disposée à revoir et corriger certains articles.

17 Mai : Les Syndicats Professionnels du Taxi ont été reçus par le cabinet de la Ministre des transports,suite à nos…

Publiée par Union Nationale Des Taxis sur Vendredi 17 mai 2019

Rencontre décisive avec Édouard Philippe

Par ailleurs, une rencontre avec le Premier ministre, Édouard Philippe, est prévue mercredi 22 mai en soirée. « Ils ont compris qu’on pouvait mettre la pagaille. » Ce rendez-vous s’annonce crucial. Car si les syndicats n’obtiennent pas les réponses escomptées lors de la réunion, un mouvement social serait alors organisé.

Barrages filtrants à l’aéroport ?

À Toulouse, les contours d’une manifestation sont déjà dessinés. Mardi 28 mai, il s’agirait, de mettre en place des barrages filtrants aux abords de l’aéroport, « avant même le premier décollage du jour », prévient Stéphane Abeilhou. L’accès pourrait donc être très compliqué. « On invite les personnes à reporter leurs déplacements, d’autant que si elles se rendent dans une autre métropole, la pagaille sera la même ».

Car l’appel à la grève, s’il se confirme dans les prochains jour, sera national. À l’appel des cinq fédérations, « les taxis vont faire un maillage sur tout le pays ». Si à Toulouse, la gare Matabiau ne sera pas bloquée, les gares de certaines métropoles pourraient l’être. Des barrages filtrants aux frontières sont par ailleurs envisagés.

L’objectif, c’est de gêner les politiques et l’économie. Pas les gens. Aujourd’hui, les taxis vont tout perdre. Donc autant mourir debout.

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles