Près de Toulouse. Sur le chantier, le grutier dégaine une arme de poing et blesse le frère du patron

Le grutier de 26 ans avait brandi une arme et frappé son cousin avec, sur un chantier, à Saint-Jory (Haute-Garonne), près de Toulouse.

Le grutier de 26 ans avait brandi une arme de poing et frappé à coups de crosses le frère de son patron, lundi 9 décembre 2019, sur un chantier à Saint-Jory (Haute-Garonne), près de Toulouse. (©Illustration/La Renaissance Le Bessin)

Une victime « entre la vie et la mort ». Des coups de feu. Un homme en fuite. L’hélicoptère de la gendarmerie et les cadors du GIGN appelés à la rescousse… La grave altercation survenue sur un chantier de Saint-Jory, au nord de Toulouse, lundi 9 décembre 2019 au matin, avait provoqué un certain émoi.  

Lire aussi : Près de Toulouse. Un ouvrier ouvre le feu sur un collègue : la victime entre la vie et la mort

Un grutier de 26 ans

Mais elle a fait pschiiiiiit. Ouverte initialement pour tentative d’homicide volontaire, la procédure a été requalifiée en violences avec arme. L’homme qui a comparu, vendredi 13 décembre, à la barre du tribunal correctionnel de Toulouse, dans le cadre d’une comparution immédiate, est un grutier de 26 ans.

Il y a huit jours, vers 8 h 15, alors qu’il conduit un collègue (le frère de son patron, auquel il est apparenté, ndlr) sur un chantier en passe d’être livré, un différend larvé resurgit. « Par peur », soutient son avocat Me Kamel Benamghar, le grutier retourne à son domicile récupérer une gazeuse lacrymogène.

Lire aussi : Toulouse. Une femme très grièvement blessée, après avoir chuté du parking des Carmes

Il dégaine une arme de poing

Il revient sur le chantier et dégaine une arme de poing « pour impressionner son adversaire ». Avant de le frapper à coups de crosse. Bilan : trois jours d’ITT.

Dans la bousculade qui s’ensuit, des coups de feu éclatent, selon Me Benamghar, qui confie à Actu Toulouse :

S’il avait vraiment voulu utiliser cette arme de poing, qui est un pistolet d’alarme chargé de cartouches à blanc, il aurait directement tiré sur lui. Les cinq coups de feu qui ont éclaté sont accidentels. Mon client reconnaît la gravité de ses actes. Il a de l’empathie pour ses victimes (trois hommes se sont portés partie civile, ndlr). Il s’est constitué prisonnier et a rapporté l’arme aux gendarmes le lendemain des faits. C’est un homme marié qui a une vie stable. 

Lire aussi : Toulouse. Un jeune homme retrouvé mort par balle à Rangueil : la piste du coup de feu accidentel

Six mois de prison ferme

Le tribunal a condamné le prévenu à un an de prison dont six mois ferme, sans mandat de dépôt. Le reste de sa peine est assorti d’une mise à l’épreuve pendant deux ans, avec obligation de travailler.

Il lui est, en outre, interdit de détenir une arme pendant une durée de cinq ans.   

Lire aussi : Affaire Martine Escadeillas : 33 ans d’énigme pour ce cold case made in Toulouse

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles