Toulouse. Forêt de Bouconne : le tireur présumé est un ex-membre du Front national et des Gilets jaunes

Le passé du uspect de la tntativ d'assassibnat de la forêt de Bouconne, en septembr 2019, près de Toulouse, refait surface : ancien membre du Front National, il avait tenté d'encadrer le mouvement des Gilets jaunes à Toulouse, avant d'en être jecté.

Le passé du suspect de la tentative d’assassinat de la forêt de Bouconne, en september 2019, près de Toulouse, refait surface : ancien membre du Front National, il avait tenté d’encadrer le mouvement des Gilets jaunes à Toulouse, avant d’en être jeté. (©Illustration/Le Républicain Marmande-et-Langon)

« On veut retrouver de l’apaisement (…) et éviter les violences. On ne veut pas qu’il y ait un mort ». C’est ainsi que Raphaël G., 31 ans, confiait à Actu Toulouse son intention d’organiser une manifestation déclarée de Gilets jaunes à Toulouse, pour l’Acte 12 du mouvement. C’était le 29 janvier 2019. L’homme à l’accent du Jura était tout à fait courtois. Mais ces mots prennent une étrange sonorité, dix mois plus tard.

L’organisateur, dont la manif « officielle » avait fait un flop, ne voulait pas « qu’il y ait un mort ». Le voilà désormais mis en examen pour… tentative d’assassinat.

Lire aussi : Près de Toulouse. Le miraculé de la forêt de Bouconne émerge et livre aux gendarmes le nom du tireur

Le miraculé livre son nom aux enquêteurs

Le vendredi 27 septembre 2019, vers 5h30 du matin, un homme ensanglanté est retrouvé agonisant, en sous-vêtements, en lisière de la forêt de Bouconne, à l’ouest de Toulouse. Dans son corps, les médecins retrouvent quatre balles de 357 Magnum. Du gros calibre.

La victime, un homme de 34 ans, subit de nombreuses opérations. Miraculé, il finit par émerger du coma au bout de cinq jours et livre le nom de l’homme qui a tenté de l’assassiner.

Actu Toulouse dévoilait alors que, selon une source proche de l’enquête, une banale dette de stupéfiants de quelques centaines d’euros semblait à l’origine de cette exécution ratée. Le tireur présumé était mis en examen pour tentative d’assassinat et écroué. Fin de l’histoire ? Pas tout à fait.

Lire aussi : Près de Toulouse. Sous protection, le blessé par balles en forêt de Bouconne toujours dans le coma

Passé par les Jeunes Frontistes

Selon nos confrères de La Dépêche, qui viennent de révéler son identité, la personnalité du suspect détonne. Et c’est ainsi que Raphaël G. revient sur le devant de la scène. Un ancien des Gilets jaunes, donc. Mais pas seulement. L’homme aurait été invité fermement à se détacher du mouvement et de son envie d’occuper la scène médiatique, à Toulouse, suite à la découverte de son passé… Frontiste.

D’après France 3 Bourgogne-France-Comté, Raphaël G. est en effet l’ancien leader du mouvement des Jeunes du FN dans le Jura, entre 2014 et 2016. En 2014, il s’était présenté sur une liste FN aux élections municipales à Clairvaux-les-Lacs (Jura). En 21017, il avait été condamné à une peine de six mois de prison avec sursis pour des faits de violences.

Lire aussi : Près de Toulouse. Qui est cet homme retrouvé agonisant, le long de la route, par des automobilistes ?

Faire le garde du corps contre l’effacement d’une dette ?

C’est cet homme qui, le vendredi 27 septembre 2019, a convié un homme de 34 ans, ancien rugbyman, en forêt de Bouconne. Il lui aurait demandé de faire le garde du corps, en lui faisant miroiter, en contrepartie, un effacement de sa dette de stups.

Un piège dans lequel la victime, qui était la véritable cible, aurait plongé tête la première. Placé en détention provisoire depuis le 7 octobre 2019, Raphaël G. demeure présumé innocent.

Lire aussi : Près de Toulouse. L’homme grièvement blessé par balles en forêt de Bouconne n’a rien d’un truand

Sur sa page Facebook, truffée de mantras pour jeunes loups aux dents longues, l’intro résonne désormais de manière particulière : « Savoir où vous voulez aller, qui vous voulez devenir, c’est votre meilleur atout ».

Une personnalité atypique pour une affaire décidément hors-normes…

« On ne veut pas qu’il y ait un mort »
Voici ce qu’il déclarait à Actu Toulouse en janvier 2019 à propos de la manif’ officielle et déclarée des Gilets jaunes, acte 12, qu’il tentait de mettre sur pied :
« On veut retrouver de l’apaisement comme lors de la manifestation du 17 novembre et éviter les violences. On ne veut pas qu’il y ait un mort. (…). Je ne suis pas représentant, ni organisateur. je suis un simple citoyen qui a participé au lancement du mouvement, sur les ronds-points et aux péages. J’ai manifesté à Toulouse, à Paris, et je me reconnais dans ce mouvement social ».
Pourquoi vouloir déclarer pour la première fois une manifestation des Gilets jaunes à Toulouse ? « Pour sécuriser les manifestants, car il y a des personnes qui ne veulent plus venir par crainte qu’il y ait trop de risques. On veut retrouver un lien de fraternité et d’apaisement. Et on veut aussi montrer qu’on peut s’organiser et être pacifiques, car une majorité de Gilets jaunes sont pour le dialogue ».

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d46203.45941213629!2d1.1812536676531105!3d43.633265178903315!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x12aead54d7f9bb43:0xe63fc08e0cec0f1b!2sForêt de Bouconne!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1574774395059!5m2!1sfr!2sfr
Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles