Toulouse. Les agriculteurs dénoncent la provenance des produits vendus en France, notamment le cassoulet

Les agriculteurs ont investi le Promocash pour cibler des produits dont la provenance leur pose problème.

Les agriculteurs ont investi le Promocash pour cibler des produits dont la provenance leur pose problème. (©Maxime noix Actu Toulouse)

En ce mercredi 27 novembre 2019, les agriculteurs ont décidé de ne pas bloquer le périphérique de Toulouse. À une action musclée, ils ont préféré une action symbolique, pour dénoncer une concurrence déloyale des produits qui ne respectent pas les normes françaises.

La concurrence « déloyale » de produits qui ne respectent pas les normes françaises

En lieu du blocage des routes, et à la demande de la FDSEA 31, les agriculteurs ont investi le marché d’intérêt national de Toulouse, avenue des États-Unis.

Après un bref tour dans le marché, ils se sont rendus à Promocash, grossiste qui fournit, entre autres, les établissements de restauration collective. Christian Mazas, membre du bureau du syndicat FDSEA 31, explique le but de l’opération :

Ce matin nous dénonçons une situation qui nous choque. Dans les supermarchés, nos produits sont en concurrence avec des produits étrangers, où les agriculteurs ne sont pas obligés de suivre les mêmes normes que nous. Avec le CETA par exemple, les Canadiens peuvent nous vendre du blé qui est séché au glyphosate, c’est une pratique totalement interdite en France. Leurs bêtes d’élevages sont nourries à la farine animale, nous ne le faisons pas non plus. On dénonce cela, et on souhaite une réaction du ministère de l’Agriculture. Ce n’est pas normal de subir une telle concurrence. Il faut plus de contrôles, à l’heure actuelle, la France ne les réalise pas.

Lire aussi : VIDÉOS. Manif des agriculteurs à Paris : blocage du périphérique et action sur les Champs-Élysées

Les consommateurs, premiers bernés ?

Lors d’une présentation, un membre du syndicat agricole, prend l’exemple du cassoulet. Spécialité de la région, il dénonce une différence de prix entre un cassoulet avec « de la viande origine France », et « de la viande origine CE ». Le cassoulet français coûte environ quatre fois plus cher que l’autre. Mais le deuxième contient des produits qui n’ont pas été récoltés dans les mêmes conditions que les produits français.

Concernant les pâtes alimentaires, le constat est le même :

Pour deux produits qui semblent similaires, les différences sont grande. Les pâtes Panzani sont réalisées à partir de blé issu à 95% de récoltes françaises. À l’inverse, les pâtes Barilla utilisent du blé canadien, dans lequel on retrouve des traces de glyphosate. Certaines personnes retrouvent du glyphosate dans leurs urines, il faudrait d’abord regarder de ce côté-là, avant d’imposer de nouvelles zones de non-traitement.

Lire aussi : Toulouse. Opération coup-de-poing des agriculteurs qui s’invitent dans des enseignes alimentaires

Des produits présentés au préfet, les agriculteurs veulent voir le ministre, ou ils bloqueront

Après leur opération à Promocash, les agriculteurs vont rencontrer le préfet. Pour étayer leurs propos, ils prendront avec eux trois produits trouvés à Promocash, dont le cassoulet industriel et les pâtes Barilla. Christian Mazas explique la suite :

Ce que l’on souhaite c’est que les choses s’améliorent. Nous allons exprimer nos revendications au préfet, et lui demander une entrevue avec le ministre de l’Agriculture assez rapidement. Si nous ne sommes pas écoutés, nous envisageons de bloquer les routes à nouveau.

Maxime Noix

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles