Toulouse : outre leurs armes à feu, les policiers municipaux vont être équipés de tasers

Les policiers municipaux seront bientôt équipés de taser à Toulouse

Les policiers municipaux seront bientôt équipés de tasers à Toulouse (©Illustration / Wikimedia Commons)

C’est une décision très symbolique à moins de quatre mois des élections municipales. Armés 24h/24 depuis le retour de Jean-Luc Moudenc au Capitole, les policiers municipaux de Toulouse vont aussi disposer de pistolets à impulsion électrique, couramment appelés « tasers », du nom de la marque éponyme.

Lire aussi : Toulouse. Derrière les caméras, dans leur antre secret, les experts vidéo traquent l’insécurité

15 pistolets à impulsion électrique

Vendredi 29 novembre 2019, pour l’avant-dernière séance de la mandature, les élus du Conseil municipal de Toulouse plancheront sur une délibération visant à investir 65 500 € dans l’acquisition de 15 pistolets à impulsion électrique. Dix autres pistolets pourraient être ensuite achetés. Dans un premier temps, la municipalité va équiper 50 % des patrouilles par vacation. Dans sa délibération, elle précise « qu’il ne s’agit pas d’armes individuelles, mais collectives. C’est-à-dire que seuls certains agents en seront équipés pendant les services ». 

« Une trentaine de policiers blessés » en 2018

En plus des armes à feu, la mairie souhaite donc doter ses policiers municipaux d’un « équipement non létal à impact modéré ». Elle indique qu’en 2018, les agents ont réalisé plus de 37 000 interventions au cours desquelles « une trentaine de policiers municipaux ont été blessés ». Et ils ont assuré 1 747 interpellations en flagrant délit.

Adjoint au maire en charge de la sécurité, Olivier Arsac détaille : 

Certaines blessures sont légères, d’autres plus graves. Elles se font généralement dès qu’il faut maîtriser des individus agités, et souvent très alcoolisés, qui s’en prennent aux policiers, majoritairement sur des patrouilles de nuit.

Pourquoi ce nouvel équipement ?

Considérant que « dans une société où la violence s’accroît et se radicalise, les policiers municipaux sont donc aujourd’hui et sans conteste, les primo intervenants », la municipalité explique, toujours dans sa délibération, pourquoi elle va équiper ses policiers municipaux de tasers :

Les interpellations et patrouilles sont effectivement de plus en plus violentes, risquées et dangereuses, malgré le caractère ordinaire des missions assurées.

« C’est une ancienne revendication des organisations syndicales qui fait l’unanimité », appuie Olivier Arsac. « On était en retard en la matière. C’est un équipement supplémentaire, qui a vocation à sécuriser les agents en cas de tensions. Son usage ne se fait qu’en légitime défense ».

Disposer « d’une arme de riposte intermédiaire »

Elle estime en outre que « la police municipale ne dispose pas d’une arme de riposte intermédiaire efficace, lui permettant de faire face aux violences du quotidien auxquelles elle est pourtant régulièrement exposée ». Et considère que « le pistolet à impulsion électrique permet, dans les conditions légales de la légitime défense, une réplique graduée et non létale, entre le bâton de défense, le gaz lacrymogène et le pistolet semi-automatique ». Et ainsi « de faire face de manière adaptée à des individus déterminés, hors de contrôle, et/ou armés de couteaux ou d’armes par destination ». Ce matériel « a démontré qu’il faisait baisser par sa seule visibilité le niveau de tension lors de certaines interventions », juge également la municipalité.

Déjà testé dans la Métropole

Reste que de nombreuses mairies de France ont déjà équipé leurs polices municipales de tasers, « soit en complément de leurs armes à feu, soit comme substitut (même si l’objet n’est pas le même) », soulève enfin la ville de Toulouse, citant les exemples de Lyon, Marseille, Perpignan, ou Bordeaux. « Plus de 3 500 collectivités en France », plus ou moins grandes l’auraient déjà expérimenté. À l’instar de Montauban (Tarn-et-Garonne), Castres (Tarn), ou même Grenade-sur-Garonne et Revel (Haute-Garonne). Dans la métropole de Toulouse, les communes de L’Union, Castelginest et Montrabé utilisent aussi ce moyen de défense.

Avec caméra intégrée

À Toulouse et en Haute-Garonne, la police nationale et la gendarmerie disposent également de ces armes, qui sont équipées d’une caméra intégrée, qui filme et enregistre sons et images dès qu’elle est activée. « Ceci en garantit à la fois la conformité de l’utilisation et son contrôle », estime la municipalité, qui rappelle le fonctionnement du pistolet à impulsion électrique :

Cette arme délivre une décharge électrique de très forte intensité qui génère une paralysie musculaire et permet la neutralisation sans dommage de n’importe quel forcené.

Nouveaux pistolets et caméras piétons

À Toulouse, les policiers municipaux ont également changé leurs armes de service ces derniers mois : ils ont abandonné leurs revolvers 38 Spéciaux « usés et obsolètes » pour 300 pistolets semi-automatiques, des CZ P07. 80 policiers municipaux sont également équipés de caméras piétons depuis quelques semaines.

Lire aussi : Toulouse. Voici pourquoi il faudra désormais toujours sourire à la police municipale

La sécurité, enjeu des Municipales

La sécurité sera inéluctablement l’un des grands enjeux des prochaines élections municipales à Toulouse. Pour assurer une meilleure « présence préventive, basée sur le dialogue avec les habitants », le candidat-maire Jean-Luc Moudenc a annoncé vendredi 22 novembre sa volonté de « doubler les effectifs de patrouille de la police municipale dans les quartiers », mais aussi d’installer « une permanence » de son siège en centre-ville ». Objectif : cultiver « un lien physique avec la population ».

Lire aussi : Municipales à Toulouse. Jean-Luc Moudenc veut doubler le nombre de policiers municipaux dans les quartiers

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles