Toulouse : un bar fermé et d'autres établissements sanctionnés pour tapage nocturne

Huit bars et autres établissements de fête de Toulouse ont été sanctionnés par la Commission communale de débits de boissons, mardi 14 décembre 2019, à Toulouse

Huit bars et autres établissements de fête de Toulouse ont été sanctionnés par la Commission communale de débits de boissons, mardi 17 décembre 2019, à Toulouse (©Illustration / Adobe Stock)

Cette fois, ils vont trinquer. Huit bars et autres « débits de boissons » de la Ville rose ont été sanctionnés, essentiellement pour tapage nocturne, mais pas seulement. Réunie mardi 17 décembre 2019, en présence des maires de quartiers concernés, et des représentants des syndicats professionnels UMIH (Union des métiers des industries de l’hôtellerie) et Synhorcat (Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs), la Commission communale des débits de boissons (CCDB), présidée par Olivier Arsac, adjoint au maire en charge de la Sécurité et de la Tranquillité publique, a examiné les dossiers de huit établissements. Et ce pour la 7e fois depuis sa création, en février 2017.

Fermeture pour le Triumph, 30 jours de restriction pour Le Prado

Si la municipalité se refuse à donner les noms des établissements concernés, d’après nos informations, c’est le Triumph, un bar-lounge à chicha de l’avenue du Faubourg-Bonnefoy, qui écope de la plus lourde sanction : une fermeture pure et simple. Et ce pour « manquement aux normes de la sécurité incendie jusqu’à mise en conformité », précise la municipalité. Le Prado, un bar situé rue Paul Charié et qui avait déjà été mis en garde, va, lui, faire faire l’objet d’une restriction d’amplitude d’ouverture pendant 30 jours avec une fermeture anticipée à 22h.

Huit jours de sanctions pour Chez Mamie

La sanction sera du même ordre, mais moins longue, pour Chez Mamie : le bar écope d’une restriction d’amplitude d’ouverture pendant 8 jours, avec fermeture anticipée à 22h. C’était pourtant la toute première comparution devant la CCDB ce bar vintage et rock, fraîchement ouvert place de la Trinité par les gérants du célébrissime « Chez Tonton, Pastis Ô Maître ». Si l’établissement ne désemplit pas depuis son ouverture le 19 septembre, il était déjà dans le viseur des autorités après des signalements de riverains… Olivier Arsac avait indiqué fin novembre qu’en l’espace de deux mois, l’enseigne avait donné du grain à moudre aux services d’Allô Toulouse :

Nous avons reçu une quarantaine d’appels, provenant d’une dizaine d’appelants (et ce avant l’inauguration, jeudi 21 novembre, ndlr), concernant cet établissement, pour des nuisances sonores (…) Les éléments que j’ai en ma possession aujourd’hui m’amènent à programmer le passage en CCDB de cet établissement. Nous nous autoriserons, le cas échéant, à prendre des mesures de restrictions horaires à son encontre.

Les menaces ont donc été suivies d’effet à l’encontre des gérants de l’enseigne, déjà passés devant la commission pour d’autres établissements leur appartenant.

Lire aussi : Toulouse. Après un départ en fanfare, le bar « Chez Mamie » fait du bruit et risque des sanctions

Cinq autres établissements 

Enfin, cinq autres établissements devraient recevoir des sanctions plus légères : quatre d’entre eux feront l’objet de mises en demeure, l’étape qui précède en principe des restrictions d’amplitude d’ouverture. Et un dernier va recevoir un courrier de sensibilisation.

À l’issue d’une « procédure contradictoire »

La municipalité rappelle que ces établissements ont fait l’objet « d’une procédure contradictoire, à laquelle chaque exploitant a été invité, en présence de son conseil pour ceux qui le souhaitaient ». C’est donc à l’issue de cette procédure que la CCDB a rendu des « avis motivés », qui seront comme à chaque fois soumis à « l’arbitrage final du maire » (lequel a toujours suivi, jusqu’ici, les décisions de sa commission, ndlr).

Mise en place par la mairie de Toulouse, cette fameuse CCDB a pour vocation de « renforcer son action en faveur de la tranquillité publique et de la lutte contre les nuisances sonores ». Une commission qui « n’a pas pour objectif de pénaliser l’exploitant, mais de mettre fin aux troubles constatés pour que le partage de l’espace public se fasse dans le respect des intérêts de tous, de jour comme de nuit », insiste la municipalité.

Information & Actualités Toulouse https://actu.fr/toulouse/rss.xml

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles