Beethoven ou la révolution symphonique

Par Jérôme Gac
 
L’Orchestre national du Capitole de Toulouse célèbre à la Halle aux Grains le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven, en mettant notamment au programme de ses concerts, jusqu’à la fin de l’année, les symphonies du compositeur.

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse célèbre à la Halle aux Grains le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven, en mettant notamment au programme de ses concerts, jusqu’à la fin de l’année, les symphonies du compositeur.

On célèbre cette année le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven. À cette occasion, les œuvres du compositeur seront jouées toute l’année à la Halle aux Grains, par l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, sous la direction de chefs venus de divers horizons : l’Ossète Tugan Sokhiev, le Russe Maxim Emelyanychev, les Allemands Michael Sanderling et Cornelius Meister, le Hongrois Henrik Nánási.

 

Beethoven

Beethoven (1804)

 

Beethoven est né à Bonn, en décembre 1770, dans une famille de musiciens travaillant à la cour de Cologne depuis trois générations. Il bénéficia dès son jeune âge d’une intense éducation musicale : chanteur et musicien, son père Johann van Beethoven l’initie alors aux claviers et au violon avec pour objectif de faire de son fils le nouveau Mozart. Beethoven rencontre ensuite Christian Gottlob Neefe, directeur musical du Théâtre national de Bonn et organiste. Il lui permet de jouer de l’orgue à onze ans, l’ouvre à la littérature et aux opéras de Salieri, de Gluck et de Mozart. Beethoven compose à cette époque sa première pièce, « Neuf Variations sur une marche de Dressler », écrite dans le do mineur qu’il utilisera dans beaucoup de ses œuvres. S’installant à Vienne, à l’âge de vingt-­deux ans, pour étudier auprès de Joseph Haydn et d’Antonio Salieri, il est alors un organiste et un pianiste virtuose très réputé. Il participe ainsi à des tournois de solistes et donne des récitals de piano dans les salons de la haute société viennoise : il y joue avec fougue ses pièces et celles de ses prédécesseurs, et se lance avec maestria dans des improvisations dont il a le secret.

Selon le flûtiste Louis Drouet, Haydn s’adressa un jour en ces termes à son élève: «Vous avez beaucoup de talent et vous en acquerrez encore plus, énormément plus. Vous avez une abondance inépuisable d’inspiration, vous aurez des pensées que personne n’a encore eues, vous ne sacrifierez jamais (et vous ferez bien) votre pensée à une règle tyrannique, mais vous sacrifierez les règles à vos fantaisies ; car vous me faites l’impression d’un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs cœurs, plusieurs âmes et, […] d’après mon sens, on trouvera toujours dans vos œuvres quelque chose, je ne dirai pas de bizarre, mais d’inattendu, d’inhabituel, – certes partout de belles choses, même des choses admirables, mais ici et là que chose d’étrange, de sombre, parce que vous êtes vous-même un peu sombre et étrange ; et le style du musicien, c’est toujours l’homme.»

Information & Actualités à Toulouse https://www.culture31.com/?format=feed&type=rss en Direct Photos & Vidéos dans la ville Rose.
News Toulousaines : Sport, Culture, Sorties Spectacles à Toulouse, Politique, Faits Divers…

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles