Le temps de la danse

Par Jérôme Gac

Manifestation toulousaine dédiée à la danse contemporaine, le festival Ici & Là accueille cette année quatorze spectacles dans sept lieux.

Organisé par la Place de la Danse – Centre de Développement chorégraphique national de Toulouse, le festival Ici & Là célèbre la danse contemporaine en accueillant cette année quatorze spectacles dans sept lieux : le Théâtre de la Cité, le Théâtre Garonne, le Studio du CDCN, le Grainerie de Balma, le Kiwi à Ramonville (ex. centre culturel), la Fabrique de l’Université Jean-Jaurès, l’Escale de Tournefeuille. On verra notamment « Vague intérieur vague », la dernière création de Julie Nioche, nouvelle artiste associée au CDCN, avec cinq interprètes qui convoquent des figures imaginaires communes. Directeur du Centre chorégraphique national de Montpellier, Christian Rizzo présente « Une maison », pièce pour quatorze danseurs se mouvant en flux continu au cœur d’un dispositif lumineux et sophistiqué qui évolue au rythme d’une musique électro.

 

"Crowd" © Mathilde Darel
 
« Crowd » © Mathilde Darel

 

Également à l’affiche du festival, « Crowd » (photo) est une pièce de Gisèle Vienne pour quinze danseurs, la transposition sur scène d’une fête techno, au son du DJ set de Peter Rehberg – qui parcourt trente ans d’histoire des musiques électroniques, de l’underground au mainstream – et de la musique originale du duo KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg). Gisèle Vienne y déploie toute une palette de mouvements retouchés et stylisés, en lien avec la musique : la chorégraphie se présente comme un montage de «moments de découpages du mouvement, de fragmentation ou de ralenti» pris en charge par les interprètes, à l’unisson ou pas du tout. La superposition et la succession de mouvements divergents et désaccordés génèrent un trouble de la perception chez le spectateur qui éprouve «une sensation très forte de distorsion temporelle. La petite communauté que je mets en scène et que je chorégraphie arrive dans un état où les sens sont déjà très excités, puisque les personnes qui vont à cette fête sont disposées à traverser des expériences émotionnelles particulièrement fortes, de tout type. Ce groupe va passer par différents comportements que l’on pourrait qualifier de “violents” et s’exalter à travers une pièce dont la structure évoque de nombreux rituels», précise Gisèle Vienne.

Parmi les spectacles annoncés, la chorégraphe Valeria Giuga et l’auteur Anne-James Chaton ont imaginé « ZOO » d’après « la Ferme des animaux », de George Orwell, et à partir de la technique de danse que l’allemande Mary Wigman mit au point à l’époque nazie. Hélène Iratchet a conçu « Sketches » comme un ballet mécanique pour deux clowns. Pour interroger des problématiques contemporaines, Anne Collod remet en jeu dans « Moving Alternatives » des pièces de Ruth Saint-Denis et Ted Shawn, couple fondateur de la danse américaine au début du XXe siècle. Et Faustin Linyekula adapte avec « Congo » le récit d’Éric Vuillard, qui met en lumière la violence qui a présidé à la fondation de son pays…

Jérôme Gac
pour le mensuel Intramuros

Festival Ici & Là

 

Information & Actualités Toulouse https://www.culture31.com/?format=feed&type=rss

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse

Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles