Lignes obsessionnelles du photographe Jacques Mataly

Par Michel Grialou

Jacques Mataly est, aussi, photographe. Il vit à Toulouse. Il définit lui-même sa quête, qui devient sa traque impitoyable: « C’est une invitation à voir l’impossible, à promener son regard au bord du globe terrestre, c’est une ligne de flottaison de l’imaginaire.» L’exposition s’appelle Ligne. C’est à la Galerie Jean-Paul Barrès du 15 mai au 15 juin 2019.

 

Jacques Mataly

 

Un travail d’une infinie patience, de grande rigueur, d’obsessionnelle chasse à l’impossible, au risque du vertige de l’horizon et du vide. Les photographies de Jacques Mataly pourraient être prises n’importe où, ce qui leur permet de revendiquer une évidente universalité. Images sans perspective confinant à l’abstrait, elles sont bien le support d’une exploration de la permanence cachée derrière la nature transitoire de toutes choses. Quand ils ne sont pas confondus, la mer et le ciel paraissent courir l’un vers l’autre, s’intensifier et se mélanger le long d’une ligne d’horizon. Il ne reste plus qu’à capturer les infimes variations de la rencontre entre l’eau et l’air, et célébrer avec Jacques Mataly, la beauté atemporelle de la nature.

 

Jacques Mataly

 

Cette recherche depuis longtemps entreprise, cette fascination de l’horizon est plus que de la photographie, elle est une quête éthique de l’infini, du temps immanquablement aux aguets. Dans cette attente de la lumière, surgira l’instant, où la couleur sera celle que l’on attend, ou celle qui vous surprend, objet du rendez-vous d’un moment donné amenant une véritable contemplation.

Information & Actualités Toulouse https://www.culture31.com/?format=feed&type=rss

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles