Dans l'Eure : dans la rue contre l’usine de méthanisation de Prey

Les opposants au projet se sont mobilisés, samedi 23 février 2019, dans les rues de Prey.

Les opposants au projet se sont mobilisés, samedi 23 février 2019, dans les rues de Prey. (©Eure Infos La Dépêche)

Chez Clément, sympathique bar-resto-épicerie-dépôt de presse, l’heure est encore au café. Il fume dans les tasses quand, sur l’écran de TV installé dans la salle, Emmanuel Macron (en direct du Salon de l’agriculture sur une chaîne d’information continue) évoque le développement des aides en faveur de la production d’énergie verte dans la filière agricole… Au cœur d’un sujet qui agite les habitants du village depuis le mois d’octobre.

Lire aussi : Transition écologique. Près d’Evreux, le projet de méthaniseur de Prey alimente les débats

Rassemblée au sein d’un collectif baptisé Non à la Méthanisation à Prey (NAMAP), une partie d’entre eux s’oppose à l’installation d’une unité de production de biogaz à l’entrée du village. « Nous ne sommes pas contre la production de méthane, mais nous n’en voulons pas près de chez nous » précise Nazim Ameerally, l’un des porte-parole du collectif.

Avec lui, une trentaine de personnes se sont réunies pour manifester dans le bourg, samedi 23 février 2019. C’est peu au regard des 500 signatures collectées sur la pétition lancée par la NAMAP et des nombreuses personnes présentes aux deux réunions publiques organisées sur le sujet, mais c’est « déjà pas mal pour une première » se contente l’opposant.

Un incendie dans le Lot

Dans la rue principale, placardée par de nombreux panneaux de revendications, le groupe s’est positionné aux feux tricolores pour alerter les rares automobilistes à cette heure de la journée. « Nous sommes rassemblés en ce jour pour montrer notre mécontentement contre l’implantation d’une usine de méthanisation à la sortie du village de Prey » explique le tract qu’ils distribuent. « Non à la méthanisation ! » crie Nazim dans son mégaphone.

Lire aussi : Du rififi au conseil municipal de Prey

Alors que, selon eux, « le projet avance », les membres de la NAMAP craignent que pour la sécurité de leur village. Ils citent en exemple l’incendie qui s’est déclaré dans un silo de méthanisation à Sauveterre dans le Lot où de nombreux pompiers se sont relayés pendant des heures afin d’éviter l’explosion.

Odeurs, augmentation du trafic routier, risque pour la santé, les manifestants ne veulent pas de cette installation près de chez eux. « Les trois agriculteurs à l’initiative de ce projet ont des terres agricoles à perte de vue, alors qu’ils isolent cette usine de toute habitation », propose le collectif.

Dans l'Eure : dans la rue contre l’usine de méthanisation de Prey


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles