Hockey-sur-glace. Caen s’est fait peur mais garde la main dans ce championnat fou

Alexandre Palis laisse éclater sa joie après avoir marqué le but de la victoire du Hockey Club de Caen contre Montpellier.

Alexandre Palis laisse éclater sa joie après avoir marqué le but de la victoire du Hockey Club de Caen contre Montpellier. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Le Hockey Club de Caen et ses 1 500 spectateurs ont poussé un grand ouf de soulagement, samedi 23 février 2019 sous les coups de 22h30. Longtemps malmené, mené tout court pendant près de vingt minutes, Caen a fini par s’en sortir sans dommage devant Montpellier. Les Drakkars, qui disputaient leur dernier match de la saison régulière à domicile, ont souffert mais obtenu le principal : les trois points d’une victoire dans le temps réglementaire.

Lire aussi : Hockey-sur-glace. Caen lancé dans un sprint final terriblement indécis

Tout avait bien commencé…

Tout avait plutôt bien commencé dans ce match de la plus haute importance opposant le septième, pas encore assuré de participer aux playoffs, au onzième, désireux de jouer à fond ses dernières cartes. Après même pas quater minutes de jeu, Phil Bushbacher confirmait son statut de goleador en ouvrant le score (1-0, 4’). Luc Chauvel :

 On a très bien entamé le match. J’ai trouvé que les garçons n’avaient pas la pression. Mais on a perdu le fil sur un de nos premiers powerplays. On s’est énervé parce qu’on ne jouait pas simple. J’ai senti les garçons avec un peu moins de confiance en eux.

Enzo Cantagallo s'est distingué dans cette rencontre.

Enzo Cantagallo s’est distingué dans cette rencontre. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Au milieu de cette première période, les Drakkars ont montré quelques signes de doutes. Petr Kanecka s’est engouffré dans la brèche pour égaliser (1-1, 14’). Les locaux ont toutefois évité le pire dans les dernières secondes de jeu, jouées en double infériorité numérique.

Caen extrêmement pénalisé

Ces pénalités de la première période (huit minutes, déjà, côté caennais) pressentaient la suite. Caen n’a quasiment pas existé dans le deuxième tiers (16 tirs cadrés pour Montpellier à 5 seulement), la faute notamment aux 28 minutes de pénalité infligées à son encontre. Certes, le HCC s’est néanmoins procuré un tir de pénalité dans cet intervalle, qu’il n’a pas concrétisé, mais il a dû surtout défendre et s’en remettre au très bon Quentin Papillon.

Je tiens à féliciter les garçons qui ont joué en infériorité numérique. Ils ont fait un job énorme. Cela montre l’implication de tout le monde.

Les Drakkars ont eu le mérite, une fois encore, de se battre avec acharnement.

Les Drakkars ont eu le mérite, une fois encore, de se battre avec acharnement. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Si les Normands ont évité la faillite dans ce deuxième tiers-temps, ils n’ont pu éviter toutefois le but d’un ancien des leurs, Michael Buonincontri. Le Montpelliérain a donné l’avantage à son équipe dès la cinquième minute de jeu dans cette période (1-2, 25’). Caen, malgré une grosse situation de Jaroslav Prosvic avait de rentrer aux vestiaires, était assez logiquement mené après quarante minutes de combat.

Alexandre Palis a fait tourner le match

Le faible retard laissait toutefois penser que rien n’était impossible. « Le match a été très compliqué contre une équipe qui nous a fait déjouer, admet Luc Chauvel. On a perdu beaucoup trop de palets. Mais je savais que physiquement, on allait passer au-dessus à un moment donné. C’est ce qui s’est passé dans le troisième tiers. » Jaroslav Prosvic a égalisé dès la reprise du jeu ou presque (2-2, 42’).

Quentin Papillon a eu beaucoup de travail au but.

Quentin Papillon a eu beaucoup de travail au but. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Le constat du coach caennais n’était pourtant pas si évident pendant les dix premières minutes de cette ultime période. Caen a continué de se faire balloter, même si sa discipline nouvelle lui a évité les infériorités numériques concédées auparavant. Le tournant – et la lumière – est venu d’Alexandre Palis. Le rush du Caennais sur le côté gauche s’est terminé par un superbe shoot dans la cage de Nicolas Luomi (3-2, 50’).

Je suis très content pour Alex. Il met énormément d’énergie avec, de temps en temps, un peu de maladresse. Cette fois, il met un but magnifique et très important. C’est un symbole. C’est un garçon issu de la formation. Ça lui tenait à cœur de pouvoir atteindre cet objectif. C’est important que ce troisième bloc puisse marquer.

« À Dunkerque, ça va être l’enfer »

André Ménard tout sourire après le match.

André Ménard tout sourire après le match. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Sonné, Montpellier a eu bien des difficultés à remettre la tête à l’endroit. Les Héraultais sont restés plutôt dominateurs mais sans toutefois être réellement dangereux, malgré quelques situations chaudes sur la cage de Quentin Papillon. Au buzzer, Caen pouvait laisser échapper sa joie, presque une libération. Cette victoire lui permet de grimper d’une place au classement de D1. Sixièmes, les Drakkars ont un seul point d’avance sur Tours, surprenant neuvième. La dernière journée, qui emmènera Caen à Dunkerque samedi prochain, sera donc décisive. Dunkerque, justement, joue lui aussi sa qualification en playoffs. Les Nordistes sont huitièmes à un petit point de Caen…

À Dunkerque, ça va être l’enfer. C’est une petite glace, une très vieille patinoire, avec les fanfares dans les tribunes en cette période de carnaval. C’est une ambiance très particulière. Il faudra être très solide mentalement, très solide défensivement. Ce sera un match de guerriers. Rien ne va nous être donné. On le sait. On a une semaine pour aller au bout de notre saison.

Les dernières secondes en vidéo

Victoire des Drakkars de Caen 3-2 contre Montpellier !

Publiée par Sportacaen.fr sur Samedi 23 février 2019

Le classement de D1

Hockey-sur-glace. Caen s’est fait peur mais garde la main dans ce championnat fou

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Hockey-sur-glace. Caen s’est fait peur mais garde la main dans ce championnat fou

Alexandre Palis laisse éclater sa joie après avoir marqué le but de la victoire du Hockey Club de Caen contre Montpellier.

Alexandre Palis laisse éclater sa joie après avoir marqué le but de la victoire du Hockey Club de Caen contre Montpellier. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Le Hockey Club de Caen et ses 1 500 spectateurs ont poussé un grand ouf de soulagement, samedi 23 février 2019 sous les coups de 22h30. Longtemps malmené, mené tout court pendant près de vingt minutes, Caen a fini par s’en sortir sans dommage devant Montpellier. Les Drakkars, qui disputaient leur dernier match de la saison régulière à domicile, ont souffert mais obtenu le principal : les trois points d’une victoire dans le temps réglementaire.

Lire aussi : Hockey-sur-glace. Caen lancé dans un sprint final terriblement indécis

Tout avait bien commencé…

Tout avait plutôt bien commencé dans ce match de la plus haute importance opposant le septième, pas encore assuré de participer aux playoffs, au onzième, désireux de jouer à fond ses dernières cartes. Après même pas quater minutes de jeu, Phil Bushbacher confirmait son statut de goleador en ouvrant le score (1-0, 4’). Luc Chauvel :

 On a très bien entamé le match. J’ai trouvé que les garçons n’avaient pas la pression. Mais on a perdu le fil sur un de nos premiers powerplays. On s’est énervé parce qu’on ne jouait pas simple. J’ai senti les garçons avec un peu moins de confiance en eux.

Enzo Cantagallo s'est distingué dans cette rencontre.

Enzo Cantagallo s’est distingué dans cette rencontre. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Au milieu de cette première période, les Drakkars ont montré quelques signes de doutes. Petr Kanecka s’est engouffré dans la brèche pour égaliser (1-1, 14’). Les locaux ont toutefois évité le pire dans les dernières secondes de jeu, jouées en double infériorité numérique.

Caen extrêmement pénalisé

Ces pénalités de la première période (huit minutes, déjà, côté caennais) pressentaient la suite. Caen n’a quasiment pas existé dans le deuxième tiers (16 tirs cadrés pour Montpellier à 5 seulement), la faute notamment aux 28 minutes de pénalité infligées à son encontre. Certes, le HCC s’est néanmoins procuré un tir de pénalité dans cet intervalle, qu’il n’a pas concrétisé, mais il a dû surtout défendre et s’en remettre au très bon Quentin Papillon.

Je tiens à féliciter les garçons qui ont joué en infériorité numérique. Ils ont fait un job énorme. Cela montre l’implication de tout le monde.

Les Drakkars ont eu le mérite, une fois encore, de se battre avec acharnement.

Les Drakkars ont eu le mérite, une fois encore, de se battre avec acharnement. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Si les Normands ont évité la faillite dans ce deuxième tiers-temps, ils n’ont pu éviter toutefois le but d’un ancien des leurs, Michael Buonincontri. Le Montpelliérain a donné l’avantage à son équipe dès la cinquième minute de jeu dans cette période (1-2, 25’). Caen, malgré une grosse situation de Jaroslav Prosvic avait de rentrer aux vestiaires, était assez logiquement mené après quarante minutes de combat.

Alexandre Palis a fait tourner le match

Le faible retard laissait toutefois penser que rien n’était impossible. « Le match a été très compliqué contre une équipe qui nous a fait déjouer, admet Luc Chauvel. On a perdu beaucoup trop de palets. Mais je savais que physiquement, on allait passer au-dessus à un moment donné. C’est ce qui s’est passé dans le troisième tiers. » Jaroslav Prosvic a égalisé dès la reprise du jeu ou presque (2-2, 42’).

Quentin Papillon a eu beaucoup de travail au but.

Quentin Papillon a eu beaucoup de travail au but. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Le constat du coach caennais n’était pourtant pas si évident pendant les dix premières minutes de cette ultime période. Caen a continué de se faire balloter, même si sa discipline nouvelle lui a évité les infériorités numériques concédées auparavant. Le tournant – et la lumière – est venu d’Alexandre Palis. Le rush du Caennais sur le côté gauche s’est terminé par un superbe shoot dans la cage de Nicolas Luomi (3-2, 50’).

Je suis très content pour Alex. Il met énormément d’énergie avec, de temps en temps, un peu de maladresse. Cette fois, il met un but magnifique et très important. C’est un symbole. C’est un garçon issu de la formation. Ça lui tenait à cœur de pouvoir atteindre cet objectif. C’est important que ce troisième bloc puisse marquer.

« À Dunkerque, ça va être l’enfer »

André Ménard tout sourire après le match.

André Ménard tout sourire après le match. (©Aline Chatel / Sport à Caen)

Sonné, Montpellier a eu bien des difficultés à remettre la tête à l’endroit. Les Héraultais sont restés plutôt dominateurs mais sans toutefois être réellement dangereux, malgré quelques situations chaudes sur la cage de Quentin Papillon. Au buzzer, Caen pouvait laisser échapper sa joie, presque une libération. Cette victoire lui permet de grimper d’une place au classement de D1. Sixièmes, les Drakkars ont un seul point d’avance sur Tours, surprenant neuvième. La dernière journée, qui emmènera Caen à Dunkerque samedi prochain, sera donc décisive. Dunkerque, justement, joue lui aussi sa qualification en playoffs. Les Nordistes sont huitièmes à un petit point de Caen…

À Dunkerque, ça va être l’enfer. C’est une petite glace, une très vieille patinoire, avec les fanfares dans les tribunes en cette période de carnaval. C’est une ambiance très particulière. Il faudra être très solide mentalement, très solide défensivement. Ce sera un match de guerriers. Rien ne va nous être donné. On le sait. On a une semaine pour aller au bout de notre saison.

Les dernières secondes en vidéo

Victoire des Drakkars de Caen 3-2 contre Montpellier !

Publiée par Sportacaen.fr sur Samedi 23 février 2019

Le classement de D1

Hockey-sur-glace. Caen s’est fait peur mais garde la main dans ce championnat fou

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles