“Zéro phyto” : la jardinerie Derly des Thilliers-en-Vexin, à la parade

Pascal Demante, responsable de rayon chez Derly aux Thilliers-en-Vexin, dans l'Eure,, présente la gamme de produits qui est venue remplacer le glyphosate.

Pascal Demante, responsable de rayon chez Derly aux Thilliers-en-Vexin, dans l’Eure,présente la gamme de produits qui est venue remplacer le glyphosate. (©L’Impartial)

A l’ancien rayon « phyto », les enseignes spécialisées en jardinerie ont fait le vide… Exit les derniers flacons contenant la substance glyphosate, interdite à la vente aux particuliers depuis le 1er janvier.

Une législation restrictive qui se traduit par une « perte sèche en chiffre d’affaires » d’après l’aveu de Paul Derly, directeur du magasin éponyme situé entre Les Thilliers-en-Vexin et Authevernes, dans l’Eure.

Face à la demande toujours présente des clients, il a donc fallu s’adapter, et proposer une offre alternative.

Du Roundup toujours

Le nouveau produit qui est apparu et qui s’affiche en tête de gondole est ainsi l’acide pelargonique, plus respectueux de l’environnement.

Et contre toute attente, la marque qui a su prendre parmi les premières le virage de la nouvelle réglementation n’est autre que… Roundup !

Ce qui ne va pas sans occasionner quelques incompréhensions de la part de la clientèle, comme l’explique Pascal Demante, responsable du rayon phytosanitaire chez Derly.

Il faut bien expliquer aux jardiniers qui s’attendent à trouver dans les rayons les derniers Roundup ancienne formule qu’il ne s’agit pas du même produit. Et ceux qui associent encore la marque au glyphosate, doivent aussi assimiler que la formule a été changée.

Avec un inconvénient : le produit qui ne tue que la feuille des mauvaises herbes sans agir jusqu’à la racine doit être pulvérisé jusqu’à trois fois plus souvent que le glyphosate, avec un prix moyen plus élevé.

Des alternatives
Il existe une gamme assez large de solutions de remplacement au glyphosate. En voici deux :
– Le brûleur : il permet une combustion de la partie aérienne de la mauvaise herbe, sans toutefois s’attaquer à la racine.
– Le paillage : Il s’agit d’une écorce brouillée que l’on dispose sur les massifs avec effet préventif contre la pousse des mauvaises herbes.

Attention aux fausses bonnes idées

« Il fallait bien prendre ce virage écologique, mais c’est certain que cela va changer les habitudes de jardinage », commente Paul Derly. Le professionnel tient toutefois à mettre en garde les particuliers contre certaines pratiques qui semblent remporter les suffrages sur Internet.

Il ne faut surtout pas désherber en utilisant du gros sel, du vinaigre ou encore de l’huile de vidange… Les conséquences écologiques seraient bien plus désastreuses que l’utilisation du glyphosate.

Le message est lancé : contre la prolifération, l’huile de coude reste l’arme indispensable contre les mauvaises herbes.

"Zéro phyto" : la jardinerie Derly des Thilliers-en-Vexin, à la parade


ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


“Zéro phyto” : la jardinerie Derly des Thilliers-en-Vexin, à la parade

Pascal Demante, responsable de rayon chez Derly aux Thilliers-en-Vexin, dans l'Eure,, présente la gamme de produits qui est venue remplacer le glyphosate.

Pascal Demante, responsable de rayon chez Derly aux Thilliers-en-Vexin, dans l’Eure,présente la gamme de produits qui est venue remplacer le glyphosate. (©L’Impartial)

A l’ancien rayon « phyto », les enseignes spécialisées en jardinerie ont fait le vide… Exit les derniers flacons contenant la substance glyphosate, interdite à la vente aux particuliers depuis le 1er janvier.

Une législation restrictive qui se traduit par une « perte sèche en chiffre d’affaires » d’après l’aveu de Paul Derly, directeur du magasin éponyme situé entre Les Thilliers-en-Vexin et Authevernes, dans l’Eure.

Face à la demande toujours présente des clients, il a donc fallu s’adapter, et proposer une offre alternative.

Du Roundup toujours

Le nouveau produit qui est apparu et qui s’affiche en tête de gondole est ainsi l’acide pelargonique, plus respectueux de l’environnement.

Et contre toute attente, la marque qui a su prendre parmi les premières le virage de la nouvelle réglementation n’est autre que… Roundup !

Ce qui ne va pas sans occasionner quelques incompréhensions de la part de la clientèle, comme l’explique Pascal Demante, responsable du rayon phytosanitaire chez Derly.

Il faut bien expliquer aux jardiniers qui s’attendent à trouver dans les rayons les derniers Roundup ancienne formule qu’il ne s’agit pas du même produit. Et ceux qui associent encore la marque au glyphosate, doivent aussi assimiler que la formule a été changée.

Avec un inconvénient : le produit qui ne tue que la feuille des mauvaises herbes sans agir jusqu’à la racine doit être pulvérisé jusqu’à trois fois plus souvent que le glyphosate, avec un prix moyen plus élevé.

Des alternatives
Il existe une gamme assez large de solutions de remplacement au glyphosate. En voici deux :
– Le brûleur : il permet une combustion de la partie aérienne de la mauvaise herbe, sans toutefois s’attaquer à la racine.
– Le paillage : Il s’agit d’une écorce brouillée que l’on dispose sur les massifs avec effet préventif contre la pousse des mauvaises herbes.

Attention aux fausses bonnes idées

« Il fallait bien prendre ce virage écologique, mais c’est certain que cela va changer les habitudes de jardinage », commente Paul Derly. Le professionnel tient toutefois à mettre en garde les particuliers contre certaines pratiques qui semblent remporter les suffrages sur Internet.

Il ne faut surtout pas désherber en utilisant du gros sel, du vinaigre ou encore de l’huile de vidange… Les conséquences écologiques seraient bien plus désastreuses que l’utilisation du glyphosate.

Le message est lancé : contre la prolifération, l’huile de coude reste l’arme indispensable contre les mauvaises herbes.

"Zéro phyto" : la jardinerie Derly des Thilliers-en-Vexin, à la parade

ÔToulouse : Actus, Cultures, Sorties à Toulouse


Actualités Toulousaines : Information, Sorties Culturelles